wade commente l'accord signé entre le Tchad et le Soudan jeudi - lejdd.fr

Publié le par WALDARI WA AKHBAARA

wade.jpg
Propos recueilis par Gilles DELAFON

Extraits de son interview à paraître dans le JDD.


Plusieurs accords précédents entre le Tchad et le Soudan sont restés lettre morte, celui-ci vous paraît-il plus solide?
Absolument. D'abord parce les deux chefs d'Etat étaient très sincères, j'ai pu personnellement en juger, et que cela a été très difficile puisque tout a failli capoter. Ensuite, parce que l'accord a été passé devant les Nations unies et des observateurs tels que l'Union européenne, la France et les Etats-unis. Enfin et surtout parce qu'il comporte un dispositif efficace de mise en oeuvre, ce qui n'était pas le cas des accords précédents. Nous avons ainsi créé un Groupe de contact de sept pays (Libye, Congo, Sénégal, Gabon, Erythrée, Tchad et Soudan) dont les ministres des Affaires étrangères se réuniront une fois par mois pour faire le point de la situation, pour voir si les deux parties appliquent effectivement les décisions prises. Cette réunion mensuelle est l'axe même de l'accord. Car les deux pays ont décidé de créer des patrouilles mixtes (tchado-soudanaises) d'observation de la frontière, qui dès qu'elles verront quelque chose d'anormal le signaleront au Groupe de contact.

Mais peut-on régler ce conflit sans traiter la question des rebelles tchadiens au Soudan et des rebelles soudanais au Tchad?
Je préfère laisser cela à l'Union africaine. Mon idée est toutefois qu'il faudrait élargir le mandat des forces des Nations unies pour désarmer tous les rebelles et ne laisser des armes qu'aux troupes gouvernementales du Tchad et du Soudan. Mais, pour l'instant, mon problème c'est d'empêcher les incursions d'un pays vers l'autre. C'est pourquoi je me suis déjà entretenu avec Kadhafi qui a accepté de présider ce groupe de contact. Cet accord tient du miracle.

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article