La correspondante de l'AFP et de RFI expulsée du Tchad

Publié le par WALDARI WA AKHBAARA

 

PARIS (AFP) — La journaliste française Sonia Rolley, correspondante au Tchad de plusieurs médias internationaux dont l'Agence France-Presse, a dû quitter N'Djamena jeudi, après la décision du gouvernement tchadien de lui retirer son autorisation de travailler dans ce pays.

Son accréditation lui est "définitivement" retirée, avait indiqué à l'AFP en début de semaine le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Hourmadji Moussa Doumgor, sans fournir davantage d'explications.

Le mois dernier, Sonia Rolley, également correspondante de Radio France Internationale notamment, avait vu son accréditation suspendue par les autorités tchadiennes, qui avaient alors invoqué les dispositions de l'état d'urgence instauré dans le pays après une attaque rebelle contre N'Djamena, le 2 février.

L'état d'urgence, qui autorisait notamment "le contrôle de la presse publique et privée", a été levé comme prévu dimanche dernier, le 15 mars, mais Sonia Rolley n'en a pas pour autant retrouvé le droit de travailler.

Le directeur de l'information de l'AFP, Denis Hiault, qui avait déjà protesté en février contre le retrait de l'accréditation de la journaliste, a adressé jeudi une nouvelle lettre de protestation à M. Doumgor.

"Nous avons pris connaissance avec consternation de votre décision de retirer définitivement son accréditation de journaliste à notre pigiste", mesure que l'AFP estime "injustifiable à l'encontre d'une journaliste qui (...) a exercé son métier avec professionnalisme, rigueur et objectivité", a écrit Denis Hiault.

"La présidence de Radio France Internationale déplore la décision des autorités tchadiennes de retirer son accréditation à Sonia Rolley (...) qui a pour conséquence de lui interdire d'exercer son métier de journaliste au Tchad et de la contraindre, de fait, à quitter le pays", a déclaré de son côté RFI dans un communiqué.

Lors de sa brève visite à N'Djamena le 27 février, le président français Nicolas Sarkozy avait affirmé à la presse avoir évoqué le cas de Sonia Rolley avec les autorités tchadiennes.

"J'ai très clairement fait savoir aux autorités tchadiennes que ce serait un signal extrêmement désastreux, l'expulsion d'un journaliste (...) Donc, j'ai demandé que ce ne soit pas le cas", avait-il assuré.

Agée de 27 ans, Sonia Rolley travaillait au Tchad depuis le 23 octobre 2006. Auparavant, elle couvrait, également pour l'AFP et RFI, le Rwanda et l'est de la République démocratique du Congo (RDC)

Publié dans Actualités

Commenter cet article