Sur le Tchad, c’est Kadhafi qui reste le meilleur : Il préconise la solution d’un Gouvernement d’Union Nationale au Tchad (GUNT) pour sortir de la crise.

Publié le par Hamid K.

gadhafi.jpgS’exprimant devant les responsables de l’Association populaire et sociale des tributs du Grand Sahara à Kampala, le leader libyen évoque la crise du Darfour et « les problèmes des tributs qui s’entretuent au Tchad.

Selon Panapress, Kadhafi affirme «la question du Darfour est sortie du cadre tribal et été internationalisée, alors que le problème au Tchad où des tributs au pouvoir et en dehors du pouvoir se combattent, peut être réglé ».

Le Guide libyen a appelé à la formation d’une délégation de l’Association populaire et sociale des tributs du Grand Sahara, chargée de contacter le gouvernement tchadien et les rebelles pour examiner les voies et moyens d’une résolution de la crise, préconisant la création d’un gouvernement d’union nationale au Tchad, « à l’instar de la solution mise en place pour le règlement du problème Kenyan ».

En proposant officiellement, cette nouvelle solution de sortie de crise au Tchad, Kadhafi enterre définitivement l’accord de Syrte, signé le 25 octobre 2007 entre les principaux mouvements rebelles et le Gouvernement. On peu aussi facilement déduire que, c’est la réponse de Kadhafi qui a été désigné en son absence  Co président  du comité de suivi de l’accord de Dakar, parrainé par le président Sénégalais, qui a honteusement démontré son ignorance des réalités Tchado – Soudanaise.   

De toute évidence, Kadhafi est beaucoup plus réaliste que tous les autres « charlatans diplomates » qui interviennent ou qui veulent intervenir dans la crise tchadienne. Par exemple le président Sénégalais Abdoulaye Wade qui est l’initiateur de l’accord signé à Dakar entre le Tchad et le Soudant propose tout simplement le désarment des rebelles de deux pays par les forces multinationales opérant dans la région. On n’a pas besoin d’être expert pour comprendre débilité de la proposition. Quand à la France, elle ne propose rien d’autre que le renforcement militaire de Deby pour résoudre la crise tchadienne.     

La solution d’un gouvernement d’union nationale  proposé par Kadhafi ne peut se mettre en place qu’à l’issue d’une réunion (inclusive) de tous les acteurs politiques tchadiens. Même s’il n’évoque pas la question d’une transition, le Guide libyen se rapproche sur ce point de la position de l’ensemble de l’opposition et de la société civile tchadienne.

Avis aux amateurs diplomates ! Pour résoudre la crise tchadienne, il faut essayer de régler le fond du problème : c'est-à-dire analyser les griefs politiques qui ont provoqué la naissance des rébellions au Tchad.

Hamid K.

Redaction de waldar blog

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article