Tchad: un responsable de la rébellion regrette un "manque de cohésion"

Publié le par Hamid K.

 PARIS - Un responsable rebelle tchadien, Abderaman Koulamallah, a déploré vendredi à Paris "le manque de cohésion" de la rébellion et concédé que ses divisions internes "pouvaient jeter un doute sur sa capacité à diriger le pays".

"L'opposition a fait une erreur historique en ne désignant pas un chef unique avant d'aller sur N'Djamena" début février, a déclaré à la presse M. Koulamallah, qui était porte-parole de la coalition rebelle lors de l'offensive ratée sur la capitale tchadienne.

Selon lui, le repli des rebelles après un week-end de combats au cours duquel le régime du président Idriss Deby Itno a sérieusement vacillé, est essentiellement dû à des "divergences politiques" au sein de la rébellion, composée de groupes hétéroclites.

"Le manque de cohésion de l'opposition a fait que même les Tchadiens, ainsi que des pays africains voisins, ont eu des doutes sur notre capacité à diriger le pays", a dit M. Koulamallah, qui a lui-même annoncé la création d'un nouveau groupe rebelle, l'Union démocratique pour le changement (UDC).

M. Koulamallah était jusqu'à présent membre du RFC (Rassemblement des Forces pour le Changement) de Timan Erdimi, un groupe essentiellement composé de zaghawas, l'ethnie du président Deby.

Le RFC a quitté la principale coalition rebelle après la désignation à sa tête d'un Gorane, le général Mahamat Nouri.

L'UDC "va rejoindre" l'Alliance Nationale (AN) du général Nouri, seule à même de pouvoir mener la lutte contre le régime tchadien, selon M. Koulamallah.

"A l'heure actuelle, il n'y a pas d'autres perspectives pour l'opposition que de reprendre les armes contre Idriss Deby", a-t-il poursuivi, affirmant que la guerre reprendrait "sans doute dans les jours qui viennent".

M. Koulamallah a par ailleurs réitéré les critiques de la rébellion contre la France, "qui soutient une dictature, un régime qui ne respecte pas le minimum des droits humains".

"Les conseillers de M. Sarkozy et M. Kouchner ne comprennent rien à rien du conflit tchadien", a-t-il ironisé. "La méconnaissance des dossiers fait que la France fait beaucoup d'erreurs en Afrique. Mais petit à petit la France reconnaîtra qu'elle se trompe complètement de politique au Tchad", a-t-il dit.

"Deby est en train de rouler la France dans la farine. L'expulsion de la journaliste Sonia Rolley le prouve", a-t-il souligné.

La journaliste française, correspondante de plusieurs médias internationaux dont RFI et l'AFP, a dû quitter N'Djamena jeudi, après la décision du gouvernement tchadien de lui retirer "définitivement" son autorisation de travailler dans ce pays.

Au cours de sa brève visite à N'Djamena le 27 février, le président français Nicolas Sarkozy avait indiqué avoir déclaré aux autorités tchadiennes que l'expulsion d'un journaliste "serait un signal extrêmement désastreux".

(©AFP / 21 mars 2008 13h47)

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article