Afrique: Le Pr Bilolo dénonce le racisme anti-nègre des égyptologues

Publié le par Hamid K.

 

Chers Amis, Ceux qui croyaient que le racisme anti-nègre était révolu dans le monde scientifique se trompent. Au mois de Mai 2008 se tiendra un Colloque décisif sur l’égyptologie, organisé par l’Association internationale des Egyptologues (AIE).

Croyant que ce rassemblement dit mondial réunirait tous les égyptologues du monde, le Pr Bilolo, reconnu pour ses compétences s’est vu purement et simplement refusé de participer à ce forum par ses collègues européens.

C’est cette même attitude du mépris qu’a subi le Professeur Cheikh Anta Diop sa vie durant. Encore au 21ème siècle, l’arrogance scientifique se poursuit et c’est le Pr Bilolo qui en est victime cette fois-ci car une note de refus de participation lui a été adressée. Il l’a rendue publique ainsi que son droit de réponse que vous pouvez lire ci-dessous.

Il est temps que nous mutualisons nos forces contre la marginalisation de l’Afrique. Si Diop était seul hier, il est inacceptable avec les moyens de diffusion à notre disposition de ne point réagir.

Que chaque lecteur prolonge cette campagne de protestation en relayant l’information partout ou c’est nécessaire.

Panafricainement,

Hannibal

Congrès International des Égyptologues Mai 2008 : refus de participation au Professeur Biloloiel de refus envoyé à BILOLO :

"Dear Prof. Bilolo, For this congress we have had a high volume of abstract submissions. Of course there is always a limit to the number of submissions we are able to accept due to the constraint of physical facilities and the demand for original and scholarly research that advance our Egyptological knowledge. After the completion of the peer-review process we have had to turn away a number of submissions. We regret to inform you that your abstract entitled “Ancien Égyptien - Langue Bantu ? Résultats provisoires du Projet de Traduction en ciLuba de "Ägyptisches Handwörterbuch" (Berlin 1921) de A. Erman et H. Grapow” has not been accepted for presentation at the Tenth International Congress of Egyptologists. Once again we would like to thank you for your interest and submission. The X International Congress of Egyptologists Committee"

Droit de réponse du Professeur Bilolo

§ 1. Que signifie Congrès de l’Association Internationale des Égyptologues ?

Si le Xème Congrès IE était un Congrès de l’Association des Égyptologues Européens, je n’aurais pas protesté. Si le Xème Congrès IE était un Congrès de l’Association des Égyptologues Occidentaux, je n’aurais pas protesté. Si le Xème Congrès IE était un Congrès de l’Association des Égyptologues Leucodermes, Rouges ou Blancs, je n’aurais pas non plus protesté.

Je n’ai aucun droit de déranger les Européens, les Occidentaux ou les Leucodermes, lorsqu’ils veulent se rencontrer entre-eux pour imaginer et conjecturer leur histoire. Le Congrès AIE est un Congrès International, Interculturel, Intercontinental et Interracial.

§ 2. Discrimination raciale des Noirs au niveau du Comité Scientifique

Comme il s’agit d’un Congrès Mondial, d’une Association regroupant les scientifiques Asiatiques, Américains, Australiens, Européens et Africains, l’Afrique ne devrait pas manquer au sein du Comité qui retient des thèmes.

Étant donné la mondialité de ce Congrès, regroupant les scientifiques Leucodermes ou Blancs, Xanthodermes ou « Jaunes / Basanés » et Mélanodermes ou Nègres (au sens aristotélicien de Nations Nègres), les scientifiques mélanodermes ou noirs ne peuvent manquer au sein du Comité Scientifique et au sein des autres comités. Est-il nécessaire, Cher(e)s Collègues, que Théophile Obenga, Mubabinge Bilolo, Oum Ndigi, Karenga, Gilbert Ngom, Molefi Asante, Alain Anselin, puissent venir s’agenouiller devant leurs Collègues Blancs, afin d’être acceptés dans ces commissions ou invités à donner une Conférence d’ouverture ou pendant les séances plénières ? Le Monde Nègre en général et l’Afrique Noire en particulier sont scandalisés par la monopolisation du Xème Congrès IE par les Égyptologues Européens et surtout par la tentative de discriminer l’Afrique Noire en refusant tout simplement des thèmes qui s’annoncent absolument révolutionnaires. C’est pourquoi, je viens au nom de la Communauté Scientifique Africaine ou Kame exiger que justice soit faite.

§ 3. Statistiques du Comité Scientifique

Représentation par pays : UK : 3 France : 3 Allemagne : 2 Italie : 1 USA : 1 Égypte : 1 Représentation continentale : Europe : 10 + les organisateurs Grecs Amérique du Nord : 1 Amérique du Sud : 0 Asie : 0 Afrique du Nord : 1 (Égypte) Afrique au Sud d’Assouan : 0

Représentation par sexe : Hommes : 100 % Femmes : 0 % Représentation par couleur : Leucodermes ou Blancs : 100 % Xanthodermes ou Jaunes : 0 % Mélanodermes ou Nègres /Noirs : 0 %

Tout en constatant la sur-représentation de certains pays comme la France, l’Angleterre et l’Allemagne dans ces comités, je constate également la sous-représentation, voire l’absence de nos collègues-femmes dans ce Comité stratégique. A quoi sert-il de spéculer sur la Maât lorsqu’on discrimine si ouvertement la Race Noire ? Je vous rappelle que le Pape de la Philosophie et de la Science Occidentales, le grand philosophe ARISTOTE, place les anciens Égyptiens à la tête des Nations Nègres ou pour utiliser son expression à la tête des Nations trop noires.

§ 4. Compétences scientifiques

Combien des Collègues avons-nous dans tous ces Comités qui ont des compétences scientifiques sur la Vallée du Nil et la Grèce égales ou supérieures aux compétences de Théophile Obenga ou de Bilolo ? Nous sommes le produit de meilleures Écoles de l’Afrique et de meilleures Écoles de l’Europe. Les Africain(e)s ont une double-formation : africaine et occidentale. Les Occidentaux ont une seule formation. Ils sont très faibles par rapport aux Africain(e)s. Ne confondez pas la crise économico-politique, entretenue par les armes de l’Occident, avec les compétences scientifiques négro-africaines. Relisez la biographie de Cheikh Anta Diop, il était très bien formé. Relisez la biographie de Théophile Obenga, vous remarquerez que c’est un scientifique d’une rare formation et d’une rare capacité de recherche et de production. Permettez de vous rappeler ou de vous informer qu’en ce qui concerne les compétences scientifiques nécessaires à une approche scientifique de l’Égypte Pharaonique, je fais partie de la crème scientifique de notre époque.

Après plus de 25 ans de formation universitaire au cours de laquelle j’ai dû étudier dans quatre phases plusieurs disciplines : I. Philosophie, Anthropologie-Sociologie et Religions Africaines ; Théologie et Sciences Humaines ; II. Philosophie, Sciences Sociales et Théologie Fondamentale ; III. Égyptologie, Ethnologie-Africanistique et Sciences de Religion ; IV. Sciences Politiques, Sociologie, Economie des infrastructures et Gestion environnementale. Je suis formé par le meilleur spécialiste de la Linguistique Africaine et Bantu, le feu Prof. Dr. Kadima Kamuleta ; par le meilleur spécialiste de la Littérature Orale Africaine, le Prof. Mufuta Kabemba et par les meilleurs spécialistes de Religions Africaines.

J’ai enseigné la Religion Pharaonique et les autres Religions Africaines en 1978-1979 ainsi que les Religions Orientales, Philosophie Africaine, l’Herméneutique Philosophique et la Philosophie du Langage (Ptah-Hotep, Kagemni, Wittgenstein, Austin, Searle, Ricoeur, Heidegger, Gadamer). J’ai enseigné le concept de la Nature chez Echnaton, Platon, Aristote, Augustinus, Descartes, Kant, Hegel, Edgar Morin, etc. avant de venir en Europe et je répète déjà au cours de l’année académique 1978-1979. Nous sommes aujourd’hui en 2008, donc 30 ans plus tard. Je ne crois pas qu’il existe plus de cinq égyptologues en vie ayant une formation semblable.

Ajoutez à celle-ci la compétence et l’expérience inter-culturelles, inter-continentales et inter-raciales.

Maîtrisant plus de trois langues africaines Bantu –en adoptant la classification occidentale, plus de 10 langues Bantu-, à côté de l’allemand, du français et de l’anglais, langues auxquelles il faut ajouter l’ancien égyptien, le copte, l’ancien grec et les notions de l’hébreux biblique, italien élémentaire, je suis surpris de constater que les Collègues européens savent d’avance l’impact de ces connaissances, dans la tête d’un individu, sur l’étude de ciKam ou de l’Ancien Égyptien. Sur le plan purement formel, ce parcours, ce degré d’interdisciplinarité et de connaissances de langues anciennes et modernes, est une rareté au sein de la Communauté Mondiale des Égyptologues. Est-ce que je me trompe ? Pour parler égyptien : « Mon semblable n’existe pas encore » au sein de l’Association Internationale des Égyptologues. Bref, il n’y a personne parmi tous mes collègues occidentaux qui a des compétences linguistiques qui peuvent lui permettre de savoir si le thème de CiKam et de Cyena-Ntu peut faire avancer les recherches linguistiques ou pas.

§ 5. Critère du thème original

Vous dites que le thème “Ancien Égyptien - Langue Bantu ? Résultats provisoires du Projet de Traduction en ciLuba de "Ägyptisches Handwörterbuch" (Berlin 1921) de A. Erman et H. Grapow” ne serait pas assez original. Existe-t-il un travail ou un projet semblable en égyptologie aujourd’hui ? Il est possible que je sois sous-informé sur l’existence de Dictionnaires Ancien Égyptien et Zulu, Ancien Égyptien et Luba, Ancien Égyptien et Kongo.

Existe-t-il un thème plus original en égyptologie que la Traduction de « Ägyptisches Handwörterbuch » de Erman et Grapow comme préparation à la traduction complète de WB dans une Langue de la Famille Linguistique Bantu ? Y-a-t-il un thème plus original que la présentation de résultats provisoires d’un Projet de Traduction de l’Instrument par excellence du travail de tout égyptologue, à savoir le WB ? Quel est cet autre collègue Leucoderme qui connaît les langues bantu, qui les parle, qui a déjà traduit Erman et Grapow en Kikongo, en Basa, en Zulu ou en Luba, et qui peut présenter à la Communauté Scientifique Internationale les conclusions de sa traduction de WB au niveau de la grammaire, de la transcription et de la traduction ? Qui peut me remplacer à Congrès ? Ce travail n’a jamais été fait et aucun(e) de collègues occidentaux actuellement en vie ne peut le faire. Le thème proposé opère une rupture épistémologique en égyptologie et en linguistique. Étant donné la rareté des égyptologues qui maîtrisent deux ou trois autres langues africaines de la Vallée du Nil ou aux Sources du Nil, pourquoi le Xème Congrès International refuse-t-il de retenir, dans la section Philologie, le Projet proposé ? Il ne s’agit pas d’un pur projet. Il est question de présenter les résultats d’une partie du travail accompli aux Collègues de tous les Continents.

Et c’est justement cette révolution épistémologique, ce surgissement du Champollion Noir , que vous voulez étouffer avec une indicible platitude au niveau de l’argumentation.

Pensez-vous que le thème de la Grèce et de l’Égypte dans l’Antiquité, sur lequel il existe déjà plus de 3000 publications, est plus original et répond mieux à la « demand for original and scholarly research that advance our Egyptological knowledge » que le thème de l’Ancien Égyptien et la Famille Linguistique Bantu sur lequel, exception faite de travaux de T. Obenga, A. Anselin, Ngom et de Oum Ndigi, il n’y a encore rien ? Avez-vous déjà vu, dans une bibliothèque un Dictionnaire « Ancien Égyptien – Langue Bantu » ?

§ 6. Critère du thème pouvant faire avancer les connaissances sur l’Égypte

Sur base de quelle science, de quelle révélation, pouvez-vous prévoir ou déduire que les résultats de recherche sur l’Ancien Égyptien et les Langues de l’Afrique Centrale ne feront pas avancer « our Egyptological knowledge » ? Quelles sont les races qui sont contenues dans ce « Our », dans ce « notre » ? Les recherches sur CiKame ou DiKema et les autres langues de la Vallée du Nil ne font pas seulement avancer nos connaissances égyptologiques, mais elles révolutionnent l’égyptologie, la linguistique africaine, la grécologie et l’orientologie. Elles révolutionnent la Grammaire, la Transcription, la Traduction, l’Interprétation et la Vocalisation.

Quel manque de curiosité lorsqu’un collègue vous dit que « J’ai l’impression que l’Ancien Égyptien n’est pas une langue morte et qu’il se parle encore jusqu’à nos jours. Je constate que le vocabulaire de base est d’une vitalité déroutante dans la Famille Linguistique Bantu » ? Vous lui répondez que vous avez des thèmes plus originaux sur l’Égypte et la Grèce. De qui se moque-t-on.

Un Comité de sélection véritablement scientifique aurait répondu : « C’est incroyable cher Collègue, apportez-nous des preuves. Nous sommes très curieux ». Mais lorsqu’on a peur des preuves devant une telle affirmation, il y a de quoi s’interroger sur les causes de cette épistémophobie ? Toute personne qui n’exige pas de preuves est hostile à la science et à la vérité.

En toute sincérité, certains de nos collègues n’aiment pas l’Afrique. Ils n’aiment pas l’Égypte Antique. Ils sont là pour fausser les sources et voire, pour faire disparaître les preuves. Ils haïssent les Nègres, les Arabes et les Sémites. Lorsque je parle de la Philosophie Pharaonique, les Occidentaux se fâchent. Lorsque je rappelle que Plotin est un Égyptien, les philosophes occidentaux crient : « Aux armes contre Bilolo » ; « Ils ne partagent pas les prémisses de notre Pensée Occidentale » ; « Il est profondément Africain – ‘Er ist durch und durch Afrikaner’ ». Quand Assmann rappelle l’impact de la Pensée égyptienne sur la Pensée Occidentale ou parle de « Moïse l’Égyptien », on se met à l’injurier. N’oublions pas les réactions et les coalitions contre le collègue Bernal, après la publication de Black Athena.

Si quelqu’un n’aime pas les Nègres, qu’il aille étudier la Grécologie, la Francologie, la Germanologie, la Britanologie ou l’Occidentologie, mais il ne peut Le drame est que la majorité que je connais, que je fréquente, ne parvient pas à se mobiliser pour contrecarrer cette négrophobie ou afrophobie de leurs collègues.

§ 7. Le ciKam ne s’est pas volatilisé

La plupart des collègues formés par les « érudits en mensonge » croient que l’Ancien Égyptien s’est volatilisé vers + Vème siècle. Ils confondent la fin d’une écriture ou la mort de personnes capables de lire une écriture avec la mort de la langue parlée et de la tradition orale. Au moment où l’on parlait l’ancien égyptien, on parlait le grec, le berbère, le perse, l’arabe, le latin, etc. Toutes ces langues se parlent encore, avec de transformations certes, mais elles se parlent. La preuve est que les organisateurs Grecs parlent le Grec. C’est le nouveau grec. Il est différent, mais toujours identifiable comme grec. Il n’est pas possible qu’une langue qui était parlée au début de l’époque romaine par plus de 7.000.000 de personnes et comprises jusqu’à Méroé, donc jusqu’en Ouganda et au Sud du Tchad, puisse disparaître, se volatiliser sans laisser des traces –à l’exception du copte- sur l’ensemble du Continent. Le CiKam moderne existe au même titre que le Grec, l’Arabe, le Perse ou le Berbère moderne. L’égyptologie doit se tourner vers les sources du Nil. Une démarche contraire relève du registre de la mystification scientifique.

L’anti-nigrisme est ridicule et ne mène nulle part. Les résultats provisoires de la traduction du Dictionnaire de Erman et Grapow m’ont amené à ce constat : 1. Une Langue Bantu, du sous-groupe Afrique Centrale et Afrique du Sud. 2. Le Négro-Africain est antérieur au Proto-bantu. 3. Le Proto-Bantu est antérieur au ciKam (ancien égyptien) 4. Le ciKam fait partie de la Famille Linguistique Bantu 5. Le ciKam est une sous-famille au sein de la Famille Bantu. 6. Le ciKam est une langue à ton. 7. Le T de suffixe dans la transcription actuelle est en réalité un préfixe : non pas Km.t, mais t.Km (Ti-Kam, Di-Kam, Ci-Kam), mais il y a des contextes où T peut être un suffixe : KamaT). 8. Son vocabulaire est en usage jusqu’à nos jours. 9. La transcription actuelle cache la vie actuelle de ciKam Il n’y a personne qui a fait les constats et formulé, avec cette clarté, les hypothèses de travail semblables. Je vous informe que je maîtrise très bien le ciLuba, ma langue maternelle. J’ai découvert, après plus de 25 ans de contacts permanents avec le ciKam, que la langue que j’avais apprise à Munich, était l’ancêtre de la langue que je parle. La langue que je parle est comprise en Ouganda, au Rwanda, Burundi, Tanzanie, Zimbabwe, Malawi, Zambie, Angola, une grande partie du Gabon, du Cameroun, de la Namibie et de l’Afrique du Sud. Donc, je prends plus 300 millions d’Africains à témoin et plus de 500 millions à propos du Substrat Négro-Africain ou du Proto-bantu. L’univers de contrôle et de correction est sociologiquement représentatif. Quel est l’égyptologue moderne qui a déjà formulé l’hypothèse de la vitalité de l’ancien égyptien ? Qui a proclamé publiquement : « Le ciKam se parle encore de nos jours. Le problème est de trouver une sous-famille dans la Grande Famille Linguistique Bantu qui se rapproche le plus du vocabulaire et du parler attestés par les textes pharaoniques » ?

§ 8. Racisme et Apartheid : 150 ans de l’égyptologie anti-nubienne et anti-nègre

Il existe une sorte d’Apartheid en égyptologie. Les études nubiennes sont victimes d’un racisme indescriptible. Certains égyptologues se permettent, à propos des Nègres, des injures de toute sorte. Ayant travaillé sur « La discrimination de la Nubie en Égyptologie » je sais de quoi je parle.

La conséquence est qu’au nom de ce racisme anti-nubien et anti-nègre, d’aucuns tentent d’étouffer les recherches sur l’Égypte Antique et l’Afrique Centrale. Ils encouragent les recherches sur l’Égypte Antique et la Chine, mais étouffent les recherches sur les autres cultures de la Vallée du Nil et du Congo. J’ai eu moi-même à présenter en ethnologie et africanistique un séminaire sur le « Chemin suivi par les anciens Égyptiens pour aller en Amérique latine ». Il s’agissait d’une synthèse des recherches de l’Académie des Sciences de Vienne. L’auteur avait bien documenté les traces égyptiennes en Chine et en Amérique Latine. Tout en encourageant les recherches sur la Chine et l’Égypte, on s’oppose à l’étude de la Vallée du Nil ou du Bassin du Nil dans sa totalité. N’est-ce pas curieux ?

Quand Ebers exposait son anti-nigrisme en égyptologie, représentait ses pseudo-arguments contre les Nègres, C. A. Diop n’était pas né. La guerre des races et des cultures en égyptologie datent du 19ème siècle. Quand Westermann injuriaient les scientifiques Noirs à propos de l’Égypte, Diop et Obenga étaient encore jeunes. Faute des cours sur l’égyptologie et le racisme, cette guerre se poursuit jusqu’à ce jour. Lorsque David Livingstone qui venait visiter le Musée Egyptologique à Londres (BM) est arrivé en Angola et au Congo, il n’a pas manqué de signaler l’actualité et la vitalité de la culture pharaonique dans cette région. Les témoignages de ce genre sont légion, mais on veut les ignorer.

§ 9. Représentation de l’Afrique parmi les « Key-Note Speakers » : 0

Observez la liste des « Key-Note Speakers » : « Prof. Emer. Jan Assmann (Heidelberg) ; Prof. Manfred Bietak (Vienna) - Title : The nature of the relationship between Egypt and the Minoan World in the Tuthmoside Period ; Prof. Christopher J. Eyre (Liverpool) ; Prof. Richard Jasnow (Johns Hopkins) -Title : From Alexandria to Rakotis : progress, prospects, and problems in the study of Greco-Egyptian literary interaction ; Prof. Emer. Geoffrey T. Martin (Cambridge) - Title : Re-excavating KV 57 (Horemheb) in the Valley of the Kings”.

Il ressort de cette liste que tous les conférenciers principaux sont des Occidentaux, à majorité européenne et blanche. L’internationalité, l’inter-continentalité et l’inter-racialité de l’Association Internationale et du Congrès International des Égyptologues sont foulées aux pieds sans que personne ne proteste. Pourquoi ne pas réduire le nombre des Conférenciers occidentaux et blancs afin de donner la parole aux Conférenciers de l’Afrique Noire, de l’Asie, de l’Amérique Latine, etc. En quoi réside l’originalité de thèmes ici retenus ?

§ 10. Liste des Membres du Comité Scientifique

La constitution du Comité Scientifique demeure aussi largement européen et largement occidental. L’Afrique Noire n’est représentée et cela n’est pas normal. Voici la Constitution du Comité : « Prof. John Baines (Oxford University) ; Prof. Christopher J. Eyre (University of Liverpool) ; Prof. Nicholas Grimal (Collège de France & Institut de France, Académie des Inscriptions et Belles Lettres) ; Prof. Zahi Hawass (Supreme Council of Antiquities, Egypt) ; Prof. Yvan Koenig (Institut Catholique de Paris & Centre National de la Recherche Scientifique) ; Prof. Alan B. Lloyd (University of Wales, Swansea) ; Dr. Ludwig Morenz (Universität Leipzig) ; Prof. Joachim Friedrich Quack (Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg) ; Prof. Robert K. Ritner (University of Chicago) ; Prof. Alessandro Roccati (University of Turin) ; Prof. Pascal Vernus (Université de Paris Sorbonne, Paris IV) ». Comment ne pas remarquer l’absence de l’Afrique Noire, de l’Asie et de l’Amérique Latine dans ce comité ? Ce n’est même pas le racisme, c’est du clanisme primitif. L’Europe n’est représentée que par ses super-puissances économiques. C’est anormal. C’est pathologique. C’est un crime culturel, indigne de tout homme qui a eu la chance de connaître les exigences de la Maât.

§ 11. Mépris de l’appel de Jean Leclant

Les maîtres comme Leclant, Vercoutter, Thausing ont réitéré des années durant la nécessité d’insérer les recherches sur l’Égypte dans leur contexte africain et de promouvoir les contacts entre les chercheurs africains et leurs collègues européens. Il n’est ni nécessaire ni souhaitable d’avoir les mêmes thèses. Car du choc des idées, du choc des positions jaillit la lumière. Le vœux semblable était dans les années 80, au cours du Congrès de Munich, par le maître Erik Hornung et par le feu Prof. Quagebeur de Leuven. Le Prof. Grimal de Paris reprochait, au cours d’un entretien que j’avais eu avec lui en 2007, aux égyptologues africains de refuser de participer aux rencontres égyptologiques internationales. A Cambridge, en 1995, beaucoup d’autres collègues avaient aussi regretté la sous-représentation de l’Afrique Noire. Mais je constate qu’ils méconnaissaient tous par-là le degré de l’anti-nigrisme, l’anti-mélanisme dans la Communauté Égyptologique Occidentale. On écarte l’Afrique, car elle dérange les préjugés et les prémisses non-critiques. La preuve est là. Les Africains sont victimes du racisme primitif, de « l’Apartheid », de l’exclusion, voire de tentatives d’anéantissement existentiel de la part de certain(e)s de leurs collègues occidentaux. Certains égyptologues, minoritaires certes, mais occupant des positions stratégiques ; sont tellement aveuglés par l’anti-nigrisme égyptologique qu’ils ne voient plus la vitalité de l’Égypte et de la Nubie en Afrique contemporaine.

§ 12. Tout scientifique engage sa propre réputation

Tout scientifique porte la responsabilité de ses résultats. Il met en jeu sa réputation lorsqu’il expose ses résultats devant la Communauté Internationale. Il n’y a aucun, absolument aucun égyptologue européen ou occidental en vie, qui peut soutenir que la présentation de résultats provisoires du Projet de Traduction de WB dans une langue Bantu serait sans originalité ou ne contribuerait pas aux études égyptologiques. Je vous avais demandé de placer ma conférence à la plénière, voire à l’ouverture, de telle sorte que la plupart de nos collègues puissent prendre part au débat. Je voulais prendre la communauté internationale des philologues à témoin afin d’éviter le débat sans-cesse entretenu dans des coulisses. C’est un défi.

§ 13. L’Occident n’a pas le monopole du savoir

L’Afrique n’est pas une colonie scientifique de l’Occident. Ce dernier n’a pas le monopole du savoir et encore moins ne peut avoir le monopole de la Connaissance d’un Pays de la Vallée du Nil. La médiocrité des connaissances égyptologiques sur l’environnement de la Région des Grands-Lacs, aux sources du Nil, jette l’ombre et le doute sur la scientificité et la sériosité de recherches tant vantées. Le dialogue est absolument nécessaire.

§ 14. Approche occidentale de l’Afrique : Acmé du dillettantisme et de l’arrogance

Comme la plupart des Occidentaux rien lorsque je leur dis que je suis Occidentologue, Européanologue, spécialité : Grécologie, Germanologie et Francologie, les Africain(e)s s’amusent aussi devant le dillettantisme égyptologique de l’Occident. Ils se moquent de ces gens qui se croient être « Spécialistes de la Religion Égyptienne, de l’Art Africain », après 15 heures de cours sur la Religion Égyptienne ou sur l’Art Pharaonique.

Après quelques séances de Grammaire de Gardiner, on se croit être « Spécialiste de la Linguistique Africaine », capable de corriger Obenga, Ndigi ou Bilolo sur les fondements Bantu de la Langue Pharaonique. Les gens qui n’ont jamais participé à la cérémonie de l’intronisation d’un roi ou d’un chef africain, qui n’ont jamais participé à l’enterrement d’un chef, qui n’ont jamais pris par aux cérémonies de préparation de la chasse ou de la guerre en Afrique, se croient, après 30 heures de cours sur l’Histoire Égyptienne, être des « Spécialistes de la Culture Pharaonique », capables de la positionner par rapport aux autres cultures africaines qu’ils ignorent complètement. Nous n’avons pas la même attitude devant la peau d’un léopard, d’un lion ou d’un crocodile. Le léopard « c’est moi, c’est mon double ». Il est la manifestation de mon pouvoir. C’est un symbole de notre royauté, de la divinité. Et lorsqu’un chercheur africain, de la lignée du pouvoir, voit le prêtre égyptien ou le roi nubien portant la peau du léopard, « il sait et il comprends le pourquoi sans passer par l’égyptologie occidentale ». Les égyptologues africains pensent leur culture. Ils ne dissertent pas sur une culture étrangère. Les femmes africaines exposent chaque jours dans les villages, depuis le Nord jusqu’au Sud une série de types de tresse alors qu’elles n’ont jamais été dans un Musée Egyptologique.

Le dillettantisme se manifeste aussi dans l’ignorance coupable des conditions climatiques aux Sources du Nil qui poussent certains à écrire encore de nos jours qu’il ferait plus chaud aux sources du Nil, dans la Région de Grands-Lacs qu’en Égypte. Je vous rappelle que c’est avec cet argument enfantin que d’aucuns ont tenté de justifier la prétendue différence de pigmentation entre les Nubiens et les Égyptiens.

§ 15. Exigences africaines au Xème Congrès International Comme je l’ai déjà signalé au départ, je n’aurais pas protesté contre votre décision s’il s’agissait d’un Congrès Européen d’Égyptologie ou d’un Congrès des Égyptologues Occidentaux. Mais il s’agit d’un Congrès Mondial avec la participation de tous les Continents et des égyptologues de toutes les Races et de toutes les couleurs. Le racisme ou l’anti-nigrisme n’a pas de place dans une telle Institution. L’Afrique Noire ne peut être écartée sans que cette Institution ne se discrédite.

a) Retenez un(e) Noir(e) Africain(e) parmi les « Key-Note-Speakers » Au nom de l’internationalité, l’inter-continentalité et l’inter-racialité de l’Association Internationale et du Congrès International des Égyptologues, je vous demande, chers Collègues, de réduire le nombre de « Key-Note Speakers » occidentaux et de garder une place pour une Conférence d’un Noir Africain sur Les résultats provisoires de la traduction du Dictionnaire de Erman et Grapow dans une langue Bantu. Les égyptologues de l’extrême-droite, protagonistes de l’anti-mélanisme, peuvent rester dans leurs chambres s’ils ne veulent pas écouter les enfants d’Osiris, le sang des pharaons. Ne participez pas à la tentative de cambriolage culturel de la Vallée du Nil. Il n’y a qu’un étranger à l’Afrique qui peut penser que la Culture Pharaonique est morte. L’Exode vers Méroé, nom répandu dans toute la région de Grands-Lacs (Congo, Marawi, Tanzanie, etc.), révèle la direction prise par la Noblesse et la Royauté à l’entrée des Légions typhoniennes.

b) Restructuration du Comité de Sélection et du Comité Scientifique Nous invitons le Comité Scientifique à se réformer et à réserver des sièges aux égyptologues Noirs Africains, Noirs Américains, Amérindiens et Asiatiques. Sa constitution actuelle presqu’exclusivement blanche, européenne ou occidentale est inacceptable. Le Comité des membres situés à moins d’une heure de vol ou de train l’un de l’autre n’est pas international. Le monde est grand, très grand. Il n’y a ni nouveauté ni originalité dans ce Comité. C’est le monologue occidental, l’auto-glorification qui continue. Les mêmes personnes qui se rencontrent trois fois par mois et font la navette entre les différentes villes européennes veulent nous faire croire qu’elles ont des idées plus originales à présenter –entre-eux- en Grèce que leurs collègues Négro-Africains !

d) Luttez contre le Racisme Anti-Nubien ou Anti-Nègre en Égyptologie Je lance mon appel à toutes et à tous les égyptologues, blessé(e)s par la façon dont certaines personnes injurient, discriminent les Nubiens et les Noirs en égyptologie et dans la vie courante, à se mobiliser pour mettre fin à ce racisme ouvert. Il faut des cours et des conférences sur ou contre le Racisme en égyptologie. N’est-il pas pathologique de passer son temps à chercher à séparer les Nubiens des Égyptiens ? Les gens protesteraient contre moi en Afrique, si je donnais une Conférence pour différencier les Espagnols de Français et les Français de Suédois ou de Norvégiens.

e) Luttez contre la préparation des tensions inter-raciales en Égypte actuelle par certains Égyptologues occidentaux Les Collègues qui ne cessent de dévaloriser les Nubiens ou les Noirs dans leurs cours ou dans leurs écrits sont-ils conscients qu’ils injurient les Égyptiens actuels ? Ignorent-ils vraiment qu’ils sont entrain de semer par-là la violence dans la Société Égyptienne Actuelle ? Ce sont les étudiants égyptiens en Europe qui protestent le plus contre la façon dont certains égyptologues parlent de leurs concitoyens, parlent de leurs parents ou de leurs ancêtres. Une partie de la population égyptienne actuelle est noire. L’égyptologie doit divorcer d’avec la Guerre des Races et des Cultures. Les Africain(e)s s’amusent quand un Européen soutient que Teye est blanche. Pourquoi certains collègues se fâchent-ils quand un Africain dit que Teye est noire comme sa propre mère ? S’ils considéraient Teye comme leur sœur, pourquoi rougissent-ils quand on leur dit, par exemple, que Plotin était un Égyptien ?

f) Divorcez d’avec la haute-immoralité, mère de la Shoa Les Africain(e)s ont des arguments pour injurier et ridiculiser les étrangers « spécialistes de l’Égypte ou de l’Afrique ». Mais ils ne le font pas. Les postulats et les prémisses empruntés à l’herméneutique dévalorisante, la haute-immoralité nourrice de l’anti-nigrisme et par conséquent, de l’anti-sémitisme – et tout cela malgré les tragédies historiques- discréditent scientifiquement l’égyptologie occidentale. L’Égypte est un Pays Africain. Il devient de plus en plus claire qu’elle est une Culture Bantu. En examinant les églises indépendantes, on constate que ces Bantu réclament la paternité du Judaïsme et de l’essence du christianisme. Ne pensez pas qu’en rapprochant l’Égypte du monde sémitique ou même du monde indo-européen, vous avez résolu un problème quelconque. Les Bakuba prétendent que les Irakiens ont volé leur nom et leurs cultures. Les Kadima en disent autant. Il faut être au courant des problématiques linguistiques et théologiques continentales avant de se pencher sur l’Égypte. Il faut se rappeler que tous les premiers philosophes et théologiens africains, initiés dans les années 40, à la Philosophie Grecque, ont soutenu la parenté entre la Notion Grecque de l’Être et la Philosophie Bantu de l’Être (Kagame, Mulago, Lufulwabu, etc.). Mais ils ne savaient pas que l’égyptologue Mallet avait déjà soutenu une thèse semblable à la fin du 19ème siècle. En parlant de la Grèce et de l’Égypte, vous parlez sans le savoir de la Grèce et du Monde Bantu, comme l’historien de la philosophie occidentale Masson-Oursel l’a souligné dans sa contribution á l’Histoire d’Émille Bréhier.

g) Mobilisation des ami(e)s Comme je l’ai souligné et rappelé dans mes différentes publications, j’ai rencontré depuis 1980 des égyptologues occidentaux de toutes les générations. Nous vieillissons ensemble – pardon cher Grimal, nous « grandissons » ensemble - avec la plupart d’entre eux. J’ai été soutenu et encouragé par la crème de l’égyptologie : Wildung, Barta, Leclant, Derchain, Hornung, Assmann, Baines, Görg, Quagebbeur, Vergote, Aßfalg, Thausing, Bergmann, Terence Dusquene, Altenmüller, Burkhardt ainsi que par la plupart de leurs successeurs Grimal, Loprieno, Bickel, Junge, Quack, Buchberger, Régine Schulz et autres ami(e)s de l’Université de Munich. La Bibliothèque de l’Université de l’Institut d’Égyptologie de Munich restait longtemps ouverte pour nous. La Fondation d’Égyptologie Reine Elisabeth, la Bibliothèque du Collège de France et la Bibliothèque de l’Université de Heidelberg nous accueillaient avec beaucoup de joie. L’Université de Barcelona est restée ouverte au dialogue et à la coopération avec les égyptologues africains. La réception de mes travaux est exceptionnelle. Mais leurs efforts et leur engagement sont sans cesse contrecarrés par ceux et celles qui aiment donner des leçons aux Africain(e)s, tout en refusant d’en recevoir. Ils travaillent dans des coulisses, dans l’obscurité. C’est à cette catégorie des égyptologues anti-nègres que s’adresse notre critique. Nous demandons à ceux et à celles qui sont convaincus qu’on ne peut continuer à imposer aux Africain(e)s la lecture de l’Occident tout en refusant de donner la parole aux Africain(e)s ou d’écouter leur lecture de l’histoire, à se mobiliser pour protester contre l’actuelle tendance. Nous demandons à ceux et à celles qui ont constaté que l’Égypte est un pays de la Vallée du Nil et qu’on ne peut étudier la Culture du Delta dans l’exclusion de la Culture de s Pays situés aux Sources du Nil, à se mobiliser pour exiger que le Xème Congrès élabore une sorte de déontologie égyptologique et prenne des mesures afin que l’Afrique Noire soit bien représentée aux prochains Congrès. En outre, l’herméneutique dévalorisante de la Nubie et l’allusion permanente à la pigmentation pour opposer la Nubie à l’Égypte doit cesser. Ndigi et Bilolo n’ont pas le même degré de pigmentation qu’ Obenga, mais tous les trois sont des Bantu. La pigmentation de BaKongo, de Zulu ou de Luba n’est pas identique à celle de Wolofs, de Noirs égyptiens ou de Soudanais, mais ils sont tous Noirs africains.

§ 16. Conclusion

Pour terminer, le Centre d’Études Égyptologiques de l’INADEP exige 1° la révision de votre décision sur le thème : « Ancien Égyptien : Langue Bantu ? Résultats provisoires de la traduction du Dictionnaire de Erman et Grapow » et 2° la restructuration de différents Comités stratégiques afin d’intégrer les sexes, les races et les continents oubliés. L’Afrique Noire devrait désormais figurer de droit parmi les « Key-Note Speakers » et être représentée scientifiquement à l’ouverture de ce Congrès. Un scientifique qui maîtrise la Philosophie Grecque et la Philosophie Pharaonique ne peut être transformé en un simple auditeur « de la musique égyptologique extrêmement monotone de l’Occident » et cela, par un Congrès qui a lieu en Grèce. C’est une façon de cracher sur Platon et Aristote. Le moment est venu de manifester, de concrétiser réellement l’inter-nationalité, l’inter-continentalité et l’inter-racialité de l’Association Internationale des Égyptologues et de ses Congrès Internationaux. Avec mes salutations très cordiales et maâtiques


source: congopage.com

Publié dans Culture

Commenter cet article

nanou 25/03/2008 15:37

il est quand meme incroyable qu'a l'heure d'aujourd'hui on puisse mettre un frein a une personne tout ça par rapport a la couleur de la peau!! on se dit evolue et instruit avec ça!!! tiens et puis quoi encore !!! des fois il m'arrive d'avoir honte d'etre blanche!!!