Mouammar El Khadafi à Kampala : "pour un grand Sahara de la Syrie au Sénégal"(selon le journal la sentinelle)

Publié le par Hamid K.

(Correspondance particulière) Après Tombouctou en 2006 et Agadez en 2007, Kampala, la capitale ougandaeise, vient d’abriter les festivités du Maouloud version Mouammar El Khadafi. A l’occasion de ce grand rassemblement de musulmans venus des quatre coins du monde,le guide de la révolution libyenne a prôné avec force "l’édification d’un Etat fort sorte de Grand Sahara qui partirait de la Syrie au Sénégal".


Mouammar El Khadafi a vraiment de la suite dans les idées. Après sa campagne tous azimuts pour un panafricanisme sans frontières, voilà qu’il lance avec fracas à Kampala l’idée d’un Grand Sahara. Le guide libyen a expliqué devant les représentants de tribus de tous les Etats du Sahara, qu’l s’agira d’une association à caractère sociale qui va plutôt œuvrer à un renforcement culturel dans cette partie désertique du globe terrestre."Nous n’avons aucune intention de gêner ou de déstabiliser les gouvernements actuels, on veut juste montrer au monde entier qu’on existe et les tribus du Sahara ont parfaitement le droit de savoir où commence le Sahara et où est ce que cela se termine" a t-il déclaré devant une assistance studieuse massée au palais des congrès de la capitale ougandaise".

Pour se faire le guide libyen a créée "l’association des tribus du Sahara" qui n’a aucune connotation politique ou militaire. C’est plutôt un rassemblement social avertit-il. En réalité, Khadafi qui se veut aujourd’hui le chantre d’une renaissance des peuples du Sahara, est convaincu que jusque là, cette partie du monde est marginalisée et les tribus sont éparpillées ça et là "au moment où les dirigeants dirigent l’argent vers les capitales". Aujourd’hui, poursuit-il, les populations du désert ont besoin de s’unir d’autant plus qu’elles sont une grande nation.

Par ailleurs, le guide libyen qui a inauguré une grande mosquée à Kampala, estime qu’il faut veiller à identifier et à installer des mécanismes de suivi des tribus du Grand Sahara. C’est dans cette optique qu’il a promis d’aider à trouver une solution durable au problème du Tchad en envoyant dans les tout prochains jours, une délégation dans ce pays.



Gaston Faye
 

Publié dans Actualités

Commenter cet article