Arche de zoé: Les ressorts politiques de la décision d'Idriss Déby sont évidents

Publié le par Hamid K.

 Les membres de l'Arche de Zoé libérés

« Joie » et « soulagement » parmi les proches des membres de l'Arche de Zoé. Trois des six humanitaires, détenus en France, étaient déjà libérés hier à 22 h, et les trois autres devaient suivre plus tard dans la soirée. Idriss Déby Itno a signé hier un décret où il accorde sa grâce aux Français, trois mois après leur condamnation à N'Djamena à huit ans de prison pour avoir tenté de ramener en France cent trois enfants tchadiens.

La mère d'Eric Breteau, considéré comme le « cerveau » de l'opération, a fait part de son soulagement : « J'ai eu peur, car j'avais lu dans la presse que pour Eric, ce serait une grâce différenciée. »


Les ressorts politiques de la décision d'Idriss Déby sont évidents. C'est tout juste sauvé, avec l'appui militaire de Paris, d'une attaque qui a failli le renverser les 2 et 3 février que le président tchadien s'était dit « prêt à pardonner » les six condamnés. Mais deux questions restent en suspens. D'une part, celle des 6,3 millions d'euros que les condamnés doivent verser aux familles des enfants. Question que le Quai d'Orsay a refusé de commenter hier. D'autre part, le sort judiciaire de quatre des graciés, sous le coup en France d'une mise en examen. Pour Christian Troubé, auteur des Forcenés de l'humanitaire-Le fiasco de L'Arche de Zoé (Ed. Autrement), « leur libération pourra peut-être aussi permettre d'éclaircir le rôle joué par les autorités françaises dans cette affaire ».



Source:  www.20minutes.fr

Publié dans Actualités

Commenter cet article