Arche de zoé: "la France n'a rien payé"

Publié le par Hamid K.

Fillon: «La France n’a rien payé» pour les graciés de l'Arche de Zoé

Le président tchadien avait posé comme préambule à toute grâce le versement des 6,3 millions d'euros que les membres de l'Arche de Zoé doivent aux familles. Que s’est-il passé pour que Déby infléchisse sa position?

François Fillon l’a affirmé ce matin sur France Inter: «La France n’a rien payé.» Il était interrogé sur le règlement des 6,3 millions d’euros que les six membres de l’Arche de Zoé doivent toujours verser «solidairement» aux familles des 103 enfants.
Le Premier ministre a ajouté qu’«il est hors de question que le contribuable français paie 6 millions d’euros pour des erreurs que la France n’a pas commises.» De son côté, le gouvernement tchadien indique que cette question «n’est pas concernée par la grâce». Etonnant quand on se souvient que début mars, le règlement de cette somme était une condition imposée par Idriss Déby, le président tchadien, pour accorder sa grâce. Que s’est-il passé?

Première explication: le soutien militaire de la France à Idriss Déby. Acculé dans son palais les 2 et 3 février, à la suite de l’attaque de la capitale N’Djamena par des rebelles, l’armée tchadienne, avec l'aide de la France, avait repoussé ces derniers in extremis, permettant au président tchadien de conserver le pouvoir. L’Elysée dément cette aide, mais Le Parisien/Aujourd’hui en France de ce mardi affirme que «Paris a au minimum favorisé la fourniture d’armes et de munitions libyennes à Idriss Déby, et que Nicolas Sarkozy lui a téléphoné à plusieurs reprises au plus fort des combats, s’inquiétant de son sort.»

Autre théorie développée par David Ruzié, professeur émérite des universités et spécialiste en droit international, sur le site de 20minutes: «Comme la France soutient le budget du Tchad, il est bien possible que le Quai d’Orsay paye l’argent par un canal ou un autre.» «Avec la rente pétrolière, le Tchad a largement les moyens de payer s’il veut trouver une issue au problème», explique pour sa part Antoine Glaser, rédacteur en chef de la Lettre du continent, également cité par 20minutes.

Source: liberation.fr

Publié dans Actualités

Commenter cet article