Analyse des combats d'Ade par Tahir Bechibo

Publié le par Hamid K.

Remarque : Par souci du respect de la liberté d’expression, on publie l’analyse de notre frère Bechibo mais on observe que sa contribution contient beaucoup des informations erronées : D’après nos sources la majorité de ceux qu’il déclare mort, sont heureusement vivant. Par exemple le Cl Djibrine Azène est bel et bien vivant. Il est joignable sur son téléphone Thuraya (008821621252868). Par ailleurs,  la rédaction de « Waldari » a pu vérifier auprès des proches des uns et des autres mais on ne peut confirmer le décès d’aucune personne parmi les responsables cités. Ainsi le conditionnel est vivement préconisé dans les affirmations de notre frère Bechibo.

                                                                         Cordialement


                                         Analyse des combats d’Adé par Bechibo

Comme nous l’annoncions ce matin aux rédactions des presses internet, les combats d’Adé ont été très violents et ont pris fin en fin de matinée. Trois assauts successifs ont marqué les temps forts des combats. Beaucoup des choses se racontent sur l’issu de ces combats, mais vous aurez le temps de recouper ces informations.
S?il est vrai que les Forces de l’AN ont infligé des lourdes pertes, il est malheureusement vrai que tous les trois assauts de ce matin ont été repoussés par les hommes des généraux Abdallah Gogue, Hemchi Dogori et Abakar Kerinkenon. Plusieurs personnalité de la rébellion ont trouvé la mort dont : le Colonel Djibrine Azène, le Colonel Issa Moussa Tamboulé, About Charar et le CEMGA de l’UFDD/F. Il faut dire que les hommes de l’UFCD du colonel Adouma Hassaballah composé essentiellement des Tamas, Ouaddai, Hadjarai, Sara et Boulala n’ont pas pris part aux combats. Les éléments qui ont pris part aux combats sont composés essentiellement des Arabes et Goranes.
Notre Analyse de la situation est simple. L’alliance a perdu un combat et non la guerre. Il est inadmissible de méprisé les autres composantes de la rébellion. Des sources sures affirment que les éléments de l’UFCD appelé les Zourouk (les noires) par les arabes et les Goranes ont été des éléments clés dans les victoires passées de la rébellion. Les discours tribaux et de mépris doivent être abandonnés par les responsables de la rébellion. Une unité sincère, politique et militaire doit être rapidement trouvée pour mettre en déroute les forces de Deby requinqué par leur relative victoire de ce matin. Cette unité doit comprendre les éléments restant du RFC, ceux de l’Alliance et ceux des autres factions rebelles.

Tahir Bechibo

tahirbechibo@yahoo.fr

Publié dans Politique

Commenter cet article