Tchad : La rébellion salue l’initiative du Président Wade pour la paix au Tchad

Publié le par Hamid K.

 
 

 

 


APA-Dakar(Sénégal) Le représentant en France de l’Union des Forces pour la Démocratie et le Développement (UFDD), membre de la rébellion tchadienne, Mansour Abass, a déclaré mercredi à Dakar, que la rébellion tchadienne attendait l’appui du président Abdoulaye Wade pour l’organisation d’un « dialogue inclusif » au Tchad.

« Nous avons entendu que le président Wade va s’impliquer dans la crise tchadienne ; nous saluons cette initiative si ça se concrétise. Nous sommes pour la paix et sommes prêts pour un dialogue inclusif », a notamment déclaré Mansour Abass, au cours d’un point de presse dans la capitale sénégalaise.

Son séjour à Dakar s’inscrit, selon le responsable UFDD, dans le cadre d’une mission pour « discuter et expliquer le programme de l’Union des Forces pour la Démocratie et le Développement aux frères tchadiens et sénégalais ». – La formation a été créée en octobre 2006 -

« Nous comptons sur Me Wade parce qu’il a la volonté, la capacité mais aussi les relations qu’il faut, pour aider les Tchadiens à régler leurs différends », a-t-il ajouté, indiquant avoir déjà rencontré « un certain nombre d’acteurs politiques » et des membres de la société civile à Dakar.

« D’ici une semaine, la situation sera claire en ce qui ce dialogue, mais nous laisserons le temps et la latitude au président Wade et aux autorités sénégalaises d’annoncer les modalités de la médiation », a assuré Mansour Abass.

Pour lui, le dialogue envisagé devrait être « un véritable forum national » et redessiner le destin du pays et non se limiter à une tentative de « partage de gâteau ». La question tchadienne va au-delà d’un quelconque « partage de gâteau », a-t-il affirmé.

Le forum censé « regrouper tous les fils du Tchad (politiques, résistants, société civile, partis politiques) devra, entre autres, analyser pourquoi le pays vit des guerres civiles depuis 40 ans, déterminer les instituions à mettre en place pour redresser le pays », a encore déclaré Abass.

Début février dernier, l’UFDD et d’autres mouvements armés ont atteint la capitale N’Djamena avant d’être repoussés in extremis par l’armée régulière appuyée par les forces françaises.

Depuis son indépendance en 1960, le Tchad a connu des crises socio-politiques, plusieurs coups d’Etat et des rébellions armées ayant entraîné des dommages considérables sur l’économie et les populations locales.

Le 13 mars dernier, le Chef de l’Etat sénégalais a obtenu de ses homologues tchadient et soudanais, la signature d’un accord de paix, dont la mise en oeuvre devrait être facilitée et surveillée par la communauté internationale.

Les Présidents Idriss Déby Itno et Omar El Bachir venus à Dakar pour le 11 ème sommet de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI, avaient) signé l’accord, en présence du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon du Président de la Commission de l’Union africaine Alpha Oumar Konaré, entre autres témoins internationaux.


Source: Apanews

 

Publié dans Actualités

Commenter cet article