Modification de façade de la commission d'enquete :La France est-elle satisfaite de cette évolution ?

Publié le par Hamid K.

Le président tchadien Idriss Deby a modifié mercredi la commission d’enquête sur les affrontements des 2 et 3 février. Sa composition change peu, et les représentants de la communauté internationale n’y participent plus qu’en tant qu”’observateurs”. Par ailleurs, la société civile et les partis refusent toujours d’y participer. La France est-elle

 

satisfaite de cette évolution ?

 

 

Aux côtés de l’Union européenne, nous avons travaillé avec les Tchadiens et l’ensemble de nos partenaires internationaux, l’organisation internationale de la Francophonie (OIF), l’Union africaine et les Nations unies sur la composition, l’objet et les modalités de fonctionnement de cette commission.

 

Nous saluons le souhait des autorités tchadiennes d’ouvrir à la société civile et à l’opposition cette commission dont le mandat concerne tous les événements survenus en République du Tchad au mois de février et leurs conséquences. Un statut d’observateur est réservé à la communauté internationale (OIF, UE). La France ne siégera pas en tant que telle mais au sein de la troïka qui représentera l’Union européenne en application des décisions prises par les Etats membres.

 

Plusieurs experts internationaux indépendants devraient participer, aux côtés d’experts tchadiens, aux travaux du comité technique chargé d’appuyer la commission d’enquête.


SOURCE: OPA

Commenter cet article