La communication de l’alliance nationale (AN) en question

Publié le par Hamid K.

La communication de l’alliance nationale (AN) en question

 Par ambenatna blog 

 


Tout le monde sait que la rébellion de l’Est tchadien ne communique pas ou presque pas. Aucun de ces mouvements rebelles ne dispose d’une cellule de communication structurée et qui fonctionne normalement. On constate malheureusement que la nomination d’un porte-parole est jugée nécessaire et suffisante pour faire entendre la voix du mouvement.

 

Le RFC a préféré s’apposer sur son site Internet (tchadactuel.com) pour faire sa communication. A ce titre, il y a lieu de tirer le chapeau à Mr. Tom Erdimi qui, depuis son refuge doré aux USA, a assuré la propagande de son mouvement. Surtout par ses écrits intitulés « Les brèves de N’djaména » où il lâche de fois des infos révélatrices sur le régime de tonton Deby.

Le succès aurait été plus complet si Mr. Tom Erdimi a eu le courage de s’exprimer plus souvent sur les ondes des radios qui ne manquaient pas de le solliciter. Mais hélas, la conduite à tenir au sein du RFC a été pour longtemps dictée par une politique mi-figue, mi-raisin par rapport au pouvoir et aussi par rapport au reste de la rébellion. Nous connaissons le résultat.

 

L’UFDD avait bien démarré mais s’est vite essoufflée. Mr. Mahamat Boloumaye a fait de son mieux mais la tâche s’est révélée ardue et surtout énorme. Il faut dire que l’homme affiche des incapacités notoires et n’a pas été soutenu dans ce gigantesque combat médiatique. A l’UFDD, on ne communique pas, on réagit à un événement. C’est une erreur monumentale !

 

La disponibilité permanente et l’engagement de beaucoup de tchadiens de l’hexagone a permis à l’UFDD d’ouvrir des antennes à Paris et Londres. Si la cellule de Paris se distingue par la persévérance et le dynamisme Mrs. Mahamat Assilek Hallata et Mansour Abbas, nous n’avons en revanche aucun son des autres membres et sympathisants qui jouent le parfait rôle de figurants.

 

A Khartoum tout comme dans les autres capitales africaines, on peut l’affirmer sans se tromper qu’il n’existe aucune structure politique chargée de gérer la Com du mouvement. On a noté tout de même la mise en ligne de deux sites Internet supposés appartenir à l’UFDD, à savoir tchadvision.com et uffd.org. Ce dernier site a cessé d’exister à cause d’un conflit de personnes. Le gestionnaire serait un parent de Mr. Hissein Tahir qui a été Secrétaire général de l’UFDD et puis renvoyé car accusé de connivence avec le régime Deby.
Quant au second site tchadvision, il a été géré pendant longtemps par des gamins qui n’avaient pas compris qu’ils jouaient avec un objet tranchant. L’image du mouvement a été sérieusement écorchée. Aujourd’hui, on note un léger mieux mais toujours est-il que le site n’informe pas suffisamment sur l’activité du mouvement et encore moins sur l’actualité nationale. C’est un site passif et donc pas agressif.

 

Quant aux autres mouvements rebelles UFDD/F, FSR, UFCD, FPRN, ils ne communiquent pas et se débattent pour prouver leur existence politique au niveau de l’opinion publique nationale et internationale.

 

Cette absence de communication des mouvements rebelles est en fait la résultante logique d’une quasi inexistence de structures administratives chargées de gérer les affaires politiques du mouvement.

La preuve nous a été administrée cette semaine par cette fameuse bande audio diffusée sur le blog de Lyadish. Quelle que soit l’authenticité de l’enregistrement, on n’apprend rien de nouveau. Qu’est ce que cette conversation téléphonique apporte de nouveau ? Rien. En revanche, ce qui est nouveau ici c’est bien la relation entre ce blog et les services spéciaux tchadiens chargés de traquer la rébellion de l’Est et notamment les leaders de l’UFDD. On se demande bien pourquoi les autres sites n’ont eu pas ce scoop au même titre que le blog de Lyadish ? Il serait plus logique pour les services de Deby d’en faire une large diffusion. Il y a forcement anguille sous roche.

 

Face à cette campagne de dénigrement de l’UFDD, certains sont montés au créneau pour dénoncer la manœuvre, d’autres ont nié l’authenticité de l’enregistrement. Toutefois, les arguments ne sont pas convaincants. La cellule de communication de l’AN est restée muette. Mr. Ali Gadaye a préféré jouer au sourd, on se demande bien pourquoi ? Est-ce un non évènement ou manque t-il lui aussi des arguments ? C’est un silence lourd voire complice. La communication est aussi un pouvoir en soit et cela le président de l’AN devrait bien comprendre avant qu’il ne soit trop tard.

 

Source: http://ambenatna.over-blog.com

Publié dans Politique

Commenter cet article