Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

IDI-YSA, deux objectifs:Le premier est le démantèlement de la CPDC et le second message est en direction de la communauté Ouaddaï

Publié le par Hamid K.

La nomination d’un nouveau PM : un non événement 

Par Tchadactuel

Deby a choisi la personne la plus non représentative de l’échiquier socio-politique tchadien pour la hisser au poste de PM. Que peut faire Youssouf Saleh Abbas dans un Tchad meurtri et bradé par Deby ? De l’avis général, absolument rien ! Cadre du ministère des affaires étrangères, le nouveau Pm a quitté le Tchad en 1982 pour se refugier en France, qu’il n’a pas quitté depuis (il vient de renouveler sa carte de séjour de refugié le mois dernier), càd coupé du Tchad ; sauf une petite parenthèse en 1993 -94 où il a longuement et de manière persistante tournoyé autour de Deby à la recherche d’un poste politique, mais Deby l’avait royalement ignoré.

Youssouf Saleh Abbas sera un nième PM de Deby sans aucun pouvoir, et il sera combattu par les caciques du MPS (s’il en reste encore), car l’homme, opportuniste pur sang, voulant gouter à toutes les sauces, n’appartient à aucune sensibilité politique, ce qui est loin d’être un atout. Il sera considéré par l’opinion tchadienne comme étant de la mouvance présidentielle. Singleton politique, il l’est aussi sur le plan social, càd sans aucune assise ethnico-regionalo-tribale. Pour autant, en nommant Youssouf Saleh Abbas au poste de PM, Deby poursuit plusieurs objectifs. Le premier est le démantèlement de la CPDC ; en effet le nouveau PM a été le représentant personnel de Deby auprès de la CPDC et a négocié pour le compte de Deby l’accord entre le gouvernement et la CPDC. S’étant familiarisé avec la plupart des membres de l’opposition et tissé des relations personnelles, Deby espère que son nouveau joker va casser la CPDC en intégrant quelques membres dans son gouvernement.

Deby est hanté par le fantôme d’Ibni ; en liquidant la CPDC, il espère se débarrasser de ce fantôme encombrant. Le second message est en direction de la communauté Ouaddaï : « J’ai fait assassiner Ibni, mais je vous donne le poste de PM, alors fermons la parenthèse Ibni », tel semble dire Deby. Enfin Deby fait un doux clin d’œil à la France ; l’opinion publique française est de plus en plus hostie au soutien de la France à Deby. En nommant un homme pour ne pas dire un agent de la France au poste de PM, Deby espère une aide accrue de la France et diminuer l’hostilité de l’opinion française. Vis-à-vis de la France, il y a aussi une autre raison dans la nomination d’YSA. A l’Elysée, on pense qu’un vrai opposant doit être nommé PM et le nom de Lol Mahamat Choua est souvent avancé. Deby a voulu couper court. Mais il y a l’autre face de la médaille : si Deby pense atteindre ces objectifs avec Youssouf Saleh Abbas, il n’a certainement pas mesuré les conséquences néfastes du revers de la médaille. Comment l’Union européenne qui est le parrain de l’accord entre la CPDC et le gouvernement appréciera l’enterrement unilatéral du dit accord ?

Plus grave est la marginalisation, plus exactement l’exclusion du Sud du Tchad des affaires de l’Etat. Il est vrai que le poste de PM n’a aucun pouvoir réel, mais avec un type du sud au poste de PM on avait l’impression que le pouvoir est partagé. Même cette fausse image, Deby vient de l’anéantir.

Beremadji Felix
N’djaména

Publié dans Politique

Commenter cet article