Action humanitaire au Tchad : Faits et chiffres point de situation, 16 avril 2008

Publié le par Hamid K.

Action humanitaire destinée aux réfugiés

Aperçu

Réfugiés soudanais

- Il y a actuellement plus de 250 000 réfugiés soudanais au Tchad dont plus de 243 000 logés dans les 12 camps à l’est du Tchad.

- En février 2008, au moins 13 000 réfugiés soudanais ont fui le Soudan pour trouver refuge dans l’est du Tchad notamment à Birak, localité située à 60 km de Guéréda. En mars, le Haut-commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) a transféré 5 357 nouveaux réfugiés au camp de Kounoungou, près de Guéréda. Prochainement, le HCR facilitera le transfert d’autres réfugiés vers le camp de Mile, toujours près de Guéréda. Dès leur arrivée, les réfugiés ont reçu de l’assistance composée de tentes et d’autres articles non alimentaires (matelas, couvertures etc.). Des travaux sont en cours pour l’extension de ces deux camps et pour la construction de points d’eau additionnels. Les réfugiés installés dans les camps ont accès au paquet d’assistance fourni à travers les différents projets des partenaires du HCR. Les réfugiés qui ont décidé de rester à la frontière reçoivent également une assistance. Des équipes de spécialistes de la protection ont été déployées sur le terrain afin d’évaluer les besoins des réfugiés, d’enregistrer les familles désireuses d’être relocalisées et d’identifier les personnes les plus vulnérables ainsi que les enfants non accompagnés.

- Le programme de réponse du Haut-commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) dans les régions affectées repose sur quatre piliers: protection, bien-être socio-économique et dignité, autosuffisance à travers la génération de revenu et la promotion de l’approche communautaire de base pour la co-existence avec les communautés hôtes. Le HCR et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) supervisent au quotidien la gestion des programmes de vaccination et de nutrition ainsi que les activités pour la protection et l’éducation des enfants.

- A travers une collaboration active avec les autorités locales et nationales, les communautés hôtes et les réfugiés eux-mêmes, le HCR et ses partenaires travaillent pour protéger les réfugiés tout en appuyant le renforcement des capacités de la justice tchadienne. Les Nations Unies travaillent aussi sur le suivi des activités de protection dans les domaines des violences basées sur le genre et le sexe (SGBV en anglais) de même que sur des campagnes de conscientisation dans les domaines de l’environnement, la santé, l’assainissement, le VIH-SIDA et l’appui à des projets communautaires dans les camps.

- La zone aride de l’est du Tchad pose des défis environnementaux significatifs pour le programme d’assistance aux réfugiés. Cette zone est caractérisée par la rareté du bois de chauffe et de l’eau. Le HCR a adopté des mesures protectrices pour prendre en considération ces éléments environnementaux et vitaux avec notamment la distribution de matériels de cuisson économiques aux réfugiés et la mise en place de projets de reforestation aux environs des camps.

- Le HCR prépare actuellement des ateliers sur la justice traditionnelle et la justice moderne au Tchad. Ces ateliers prévus en mi-juin dans les départements du Assongha et du Ouara ciblent les autorités locales et traditionnelles ainsi que les militaires.

Réfugiés centrafricains

- Il y a actuellement plus de 57 000 réfugiés centrafricains Tchad. La majorité de ces réfugiés vit dans quatre camps dans le sud du pays.

- Au moins 10 000 nouveaux réfugiés sont arrivés au Tchad entre janvier 2007 et maintenant. Le transfert de ces derniers vers un des quatre camps du sud est prévu en fin avril.

- Comme les conditions dans le sud sont plus favorables à des activités d’autosuffisance, le HCR de concert avec ses donateurs et partenaires travaille pour créer un pont entre l’humanitaire et le développement au profit des communautés locales et des réfugiés. Des projets agricoles ainsi que d’autres activités professionnelles sont initiés dans le but d’aider les réfugiés à préserver leur dignité. Ces projets incluent les cliniques de santé au profit des réfugiés et des communautés hôtes, la promotion des marchés locaux et l’appui aux mécanismes de gouvernance locale.

Besoins et réponse humanitaires pour les réfugiés

Education

- Le HCR et l’UNICEF en collaboration avec le Gouvernement du Tchad mènent des actions pour favoriser le bon fonctionnement de l’éducation primaire –ciblant les enfants âgés de six à 14 ans- dans les 12 camps de réfugiés de l’est du Tchad. Les Nations Unies assurent actuellement l’accès à une éducation de qualité à tous les enfants en âge d’être scolarisés avec une attention particulière sur le taux de fréquentation des filles. Les actions suivantes ont été entreprises dans le but d’appuyer ces efforts: la construction d’infrastructures scolaires, le recrutement et la formation des maîtres et la distribution de matériels scolaires. Le recrutement et la formation d’enseignantes sont une priorité pour l’UNICEF en vue de promouvoir la parité genre dans l’éducation.

- Pour le compte de l’année scolaire 2008, l’UNICEF a distribué des manuels scolaires et des uniformes à près de 63 000 enfants dans 12 camps de réfugiés. Les écoles fonctionnent à temps complet et les maîtres reçoivent une motivation mensuelle du HCR.

Nutrition

- L’UNICEF et ses partenaires ONG continuent à fournir de la nourriture et du matériel thérapeutiques aux centres nutritionnels des 12 camps de l’est.

Santé

- En vue de couvrir les besoins médicaux des réfugiés pour le second semestre de l’année 2008, l’UNICEF fournit actuellement des vaccins, des médicaments et du matériel médical à ses partenaires ONG.

Sécurité alimentaire et moyens de subsistance

- Le PAM assiste actuellement tous les réfugiés soudanais dans l’est du Tchad avec des rations alimentaires mensuelles régulières. Ces rations visent à procurer 2 100 calories par personne par jour.

- Le PAM fournit également des vivres à près de 30 000 réfugiés centrafricains vivant dans trois camps au sud du Tchad. Par ailleurs, le PAM assiste un autre groupe de 16 000 réfugiés dans le sud à travers des programmes de protection de semences pendant la période de soudure (avril à mai) et des distributions de vivres aux groupes les plus vulnérables.

- En avril, des distributions générales de vivres ont été effectuées dans les 12 camps de réfugiés. Des rations de 1 664 calories par personne par jour ont été fournies. A cause du retard de l’approvisionnement des stocks du PAM dû à des contraintes logistiques, ces rations couvriront approximativement 70% des besoins des bénéficiaires.

Secteur ou activités transversales pour les non-réfugiés ou non seulement les réfugiés

Aperçu sur les déplacements internes

- Il y a actuellement quelque 180 000 personnes déplacées au Tchad dont la majorité vit dans l’est. Les déplacements internes de personnes ont commencé en décembre 2005. Cette situation s’est aggravée dans le dernier trimestre de 2006 à cause de la détérioration de la situation sécuritaire.

- Les humanitaires estiment que les conditions sécuritaires ne permettent pas actuellement un retour sûr, et ceci se reflète dans la préférence de la plupart des personnes déplacées de rester dans les zones d’accueil.

- Les Nations Unies et leurs partenaires collaborent avec le gouvernement tchadien dans le but de créer l’espace humanitaire requis pour fournir l’assistance nécessaire aux personnes déplacées. Par ailleurs, ils ont mené des activités de profilage des personnes déplacées en vue d’identifier leurs zones d’origine pour le retour éventuel de ces dernières.

Source: reliefweb.int

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

olivier 24/04/2008 23:49

Et je suis présent à vous lire ...
dites moi tout

Olivier