L'opposition bientôt au gouvernement ?

Publié le par Hamid K.

  Par RFI

Au Tchad, l'annonce de la composition du gouvernement de large ouverture est imminente. La principale coalition d'opposition, la CPDC (Coalition des Partis pour la Défense de la Constitution) répond favorablement à la proposition du nouveau Premier ministre d'entrer dans ce gouvernement... Elle l'a annoncé par la voix de son porte-parole adjoint, Hamit Mahamat Dahalob, qui dit avoir lui même été approché pour faire partie de la nouvelle équipe. La CPDC accepte la main tendue, mais certains de ses membres (comme le parti de l'opposant disparu Ibni Oumar Mahamat Saleh) ont décidé de décliner l'offre. Et les tractations qui ont eu lieu en coulisse provoquent un certain mécontentement au sein de l'opposition.


Vendredi, quand il a reçu collectivement les chefs de la CPDC, le nouveau premier ministre Youssouf Saleh Abbas a annoncé qu'il prendrait certains d'entre eux dans son gouvernement pour pouvoir « tirer le pays vers le haut », mais que tout le monde ne pourrait pas être associé. Il a indiqué qu'il recevrait certains leaders individuellement pour envisager leur participation dans son équipe.

Si la CPDC, collectivement répond favorablement à cette offre, certains de ses cadres, pris individuellement, ne cachent pas leur mécontentement. Plusieurs s'étonnent de ce recours à des tractations séparées, qui contournent les structures de la coalition.

« Les discussions manquent de transparence » regrette un dirigeant. « Nous ne savons pas exactement combien de portefeuilles sont concernés, la qualité des différents ministères concernés » se plaint un autre. Un troisième ajoute : « On voulait débattre sur la structure du gouvernement, sur les différents postes attribués à la CPDC, mais ils ont préféré en coopter quelques uns ».

La CPDC est-elle pour autant menacée d'éclatement ? « J'espère tout de même que nous pouvons surmonter un épisode de ce genre » confie un responsable. « S'ils n'en prennent que trois ou quatre -analyse un autre- un courant majoritaire va certainement rejeter la proposition ». 

De son côté le PLD, le parti de l''opposant disparu Ibni Oumar Mahamat Saleh, affirme qu'il « réserve sa participation dans tout gouvernement tant que son secrétaire général n'est pas libéré ». Le PLD est un parti membre de la CPDC.

Publié dans Actualités

Commenter cet article