Un rebelle à la tête de la direction des projets éducation et un truand à la BEAC !

Publié le par Hamid K.

Par un décret publié hier sur le site de présidence, Idriss Deby a nommé l’ancien secrétaire exécutif de l’UFDD, Mahamat Issa Halikimi, à la tête de la Direction des projets éducation.

 

Il aura fallut quand même une actualisation du trés serieux site officiel de la présidence à 19h00, pour qu'on annonce la nommination de Mr Allamine Bourma Tréya comme Directeur central au sein du siège de la BEAC à Yaoudé. Il serait nommé par le gouverneur de la BEAC mais il faut savoir quil est le choix de la  République du Tchad.  

 

 

 Si l'on excepte les classiques (Djinedi et consorts), c’est le troisième jeune (Halikimi) après Yaya Dillo et Hassan Bouyebri, issu de la mouvance rebelle qui est nommé à un poste d’envergure au sien de la haute administration.

 

Est-ce une volonté d’ouverture envers la jeunesse contestataire ou une prime au retour des anciens rebelles ? Peut être les deux à la fois.  Mais comment explique t on la consécration du petit truand à la tête d’une direction centrale au sein de la plus grande institution financière de l’Afrique centrale ?

 

Il est vrai qu’actuellement au Tchad, il y a beaucoup des jeunes –DJIDO*- qui occupent d’importants postes de responsabilité au sein de l’administration. Mais de quelle manière ces souteneurs sont parvenus à accéder à ces hautes fonctions de la République ?  En tout cas, n’importe qui  ne peut prétendre à une quelconque fonction en se prévalent uniquement de sa compétence.

 

Tous ces DJIDO de la République sont promis sur la base du favoritisme, du clientélisme et du « griotisme », voir même le « giggolotisme » ou le proxénétisme ; Bref, ils sont en quelque sorte responsabilisé pour leurs nonchalances, leurs passivités ou leurs allégeance envers le système. Rare ceux qui sont nommé à des hautes fonctions pour leur compétence. 

 

Par contre le trio rebelle (Dillo, Bouyebri et Halikimi) a osé combattre le système. On se pose évidemment quelques questions sur les raisons de leur retour dans le système qu’ils ont combattu. Ils ont quand même tenté, au risque de leur vie, de mettre fin à la machine qui permet à leurs frères suppôts, d’accéder par des voies ignobles à ces postes non pas pour servir mais pour desservir le pays.

 

La nomination de Allamine Bourma Treye est une illustration parfaite de cette cruelle pratique qui gangrène l’administration publique tchadienne. Notre nouveau Directeur Central à la BEAC fut un temps ministre de l’élevage. Il a été limogé spectaculairement par Deby en 2006, pour avoir mis à sac ce ministère. A l’époque l’affaire a fait beaucoup de bruit. Il devrait même faire l’objet des poursuites judiciaires. Et puis plus rien ! Deux ans après, le revoilà promis à un autre poste plus juteux que le précèdent. Tout ça avec un niveau de bac + 6 mois à l’ENAM de N’Djaména.

 

En lisant le nouveau livre de Bichara Idriss Haggar sur le régime de Tombalbaye 1960-1975 « Déjà, le Tchad était mal parti », je me suis rendu compte que la principale cause de ce faut départ est justement, l’incompétence notoire des premiers cadres du pays. Sur une liste de 168 hommes politiques (députés et ministres) de l’époque, deux seulement (A. Sidik et A. Bangui) ont un niveau d’études supérieures. La majorité avec un niveau primaire et les restes (dont Tombalbaye) avaient fait des études secondaires.

 

Plus de trente ans après, le Tchad n’arrive toujours pas à utiliser ses cadres compétents à cause de la faillite d’un système dont l’artisan est un pur jus du « faut départ ». En 1979, Hisseine Habré vantait l’assainissement de l’administration – avec la fameuse balaie qui doit passer la où elle devra passer- pour tenter effectivement de corriger le faut départ et limiter ses conséquences. Aujourd’hui, le favoritisme et l’amateurisme sont érigés en système de gestion. Jamais, le Tchad ne peut avancer tant que ce système perdurera. Il faut que le régime prennent conscience et  retienne le critère de compétence pour dans sa politique de nomination des responsables pour que le pays puisse se redresser.

 

Sur ce chapitre, la nomination du nouveau Directeur des Projets est d’ailleurs un des rares actes positifs de ce régime. En effet, Mr Halikimi est un ancien instituteur. Donc c’est un cadre du ministère de l’éducation nationale. Il est titulaire d’un DEA en science de l’éducation. En principe, il doit être à  la hauteur de ses nouvelles fonctions.

 

 

De même les deux autres anciens guérilleros (Dillo et Bouyebri) sont à l’évidence des cadres de haut niveau : Le fondateur du SCUD et actuel secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, Yaya Dillo Djerou avait fait ses études au Canada et il est titulaire d’un Master en Administration.

 

Quant à Abdelkerim Hassan Bouyebri, il semble qu’il a fait ses études en Belgique. Il a été un excellent porte parole du SCUD. Normalement lui aussi, il a été bien casé à la direction de la communication du MAE. Néanmoins, on verra comment il va essayer de peindre ce qu’il avait démonter tant de talent pour dépeindre !  

 

 

 

A priori, on peut se permettre d’accorder le bénéfice du doute à nos anciens rebelles. Mais ils seront certainement jugés par rapport à leurs oeuvres. Pourront ils apporter un changement à l’intérieur du système qu’ils ont tenté de défaire de l’extérieur ? En tout cas, on verra bien s’il y aura une dissemblance dans la gestion de la gestion publique, entre nos chers DJIDO de l’intérieur et nos très chers anciens guérilleros, qui sont issu de ce qui est convenu d’appeler aujourd’hui la Diaspora tchadienne.

 

 
* DJIDO =    A l’origine ce terme en arabe tchadien qui est utilisé comme un prénom. Il  signifie l’homonyme de son grand père. Depuis quelques années dans certains contextes, le mot DJIDO sert à désigner souvent les jeunes d'une certaines catégories un peu mollesses, qui ont grandi dans une certaine culture ndjaménoise. Ils sont réputés adeptes de la démagogie et de la commodité. Surtout ils sont partisans de belle parole et du moindre effort.

 


 

 


Abbas Birké
birke@live.fr

 

 

 

 

 

 

 

.

    

 

 

Publié dans Politique

Commenter cet article