Barack Obama, le candidat du "parler-vrai"

Publié le par Hamid K.

Par Caren Bohan



INDIANAPOLIS (Reuters) - A deux jours des primaires de l'Indiana et de la Caroline du Nord, Barack Obama, vainqueur de la primaire démocrate à Guam sans véritable enjeu, marche sur les plates-bandes du républicain John McCain en se faisant le champion du "parler-vrai".

 

Dans un sondage publié samedi par CNN, Obama était crédité de 50% d'intentions de vote en Caroline du Nord, contre 41% à sa rivale Hillary Clinton.

La campagne du sénateur de l'Illinois a pris un tournant ces derniers jours lorsque le candidat à l'investiture démocrate a annoncé qu'il s'opposait à un moratoire sur la taxe sur les carburants pendant les vacances d'été, prenant ainsi le contre-pied de sa rivale Hillary Clinton, et de McCain, tous deux favorables à cette mesure.

Au risque d'être impopulaire, Obama a expliqué que cette initiative fiscale n'aurait que trop peu d'impact sur le pouvoir d'achat des foyers américains et qu'elle ne constituait pas en soi une solution à long terme pour régler le problème de la dépendance pétrolière des Etats-Unis.

"C'est, au sens propre, un tour de passe-passe", a dénoncé le sénateur métis devant des partisans venus l'écouter dimanche dans une salle prêtée par un lycée d'Indianapolis.

Plus que jamais déterminée à refaire son retard dans la course à l'investiture démocrate, où Obama mène par 1.492 délégués contre 1338 selon une estimation de la chaîne de télévision MSNBC, Clinton a contre-attaqué dimanche à Wake Forest, en Caroline du Nord.

"IDEES FALLACIEUSES"

"Tous ces prix qui augmentent (...), ceux du pétrole et ceux des produits d'alimentation courante pèsent de plus en plus sur les revenus disponibles de la population", a déclaré la sénatrice de New York, battue samedi à Guam pour seulement sept voix d'écart (2.264 contre 2.257).

"Je pense qu'il est impératif d'obtenir des mesures d'aide immédiates", a-t-elle ajouté en évoquant sa volonté de mettre en place un moratoire sur la taxe sur les carburants pendant l'été.

Pour son adversaire, les ressources générées par cette taxe sont au contraire un excellent moyen de favoriser les investissements dans de nouvelles technologies et de "s'affranchir des caprices des dictateurs du Moyen-Orient".

Selon Obama, la proposition défendue par Clinton et McCain fait partie "des idées fallacieuses et calculatrices" qui ne servent qu'à "gagner des élections au lieu de résoudre les problèmes".

Avec son discours de campagne volontariste, Obama a cherché ces dernière semaines à s'imposer comme le candidat du "parler-vrai" sans jamais le dire, reprenant ainsi un thème de campagne cher à McCain, dont il se voulait le meilleur ambassadeur.

Obsédé par l'idée de "dire la vérité" et de "parler en toute franchise" à ses électeurs, le sénateur de l'Illinois cherche à imposer son style aux Etats-Unis en se démarquant de Clinton, qu'il accuse régulièrement d'être trop proche des cercles de pouvoir de Washington.

Caren Bohan, version française Olivier Guillemain

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article