Pour le stratège de Barack Obama, la fin du duel est proche

Publié le par Hamid K.

Par Alan Elsner

WASHINGTON (Reuters) - Le directeur de campagne de
Barack Obama a prédit dimanche la fin prochaine de la très longue primaire démocrate entre le sénateur de l'Illinois et sa rivale Hillary Clinton.

Interviewé dans l'émission "Fox News Sunday", David Axelrod a assuré que des "super délégués" encore indécis allaient rapidement se reporter sur

Obama qui ambitionne de devenir le premier président américain métis.

"Vous allez voir des gens (des super délégués) prendre rapidement des décisions à partir de maintenant", a-t-il dit. "Nous en avons annoncé plusieurs quotidiennement ces derniers jours. Les soutiens vont continuer à déferler à un rythme régulier."

Interrogé dans la même émission, Howard Wolfson, un conseiller de l'ex-First Lady, a rejeté l'idée que la campagne était terminée et prédit une victoire de la sénatrice de New York lors de la prochaine consultation, mardi, en Virginie occidentale.

"Si Barack Obama souhaite qu'Hillary Clinton quitte la course, il n'a qu'à la battre. Il n'a qu'à la battre en Virginie occidentale, à Puerto Rico, dans le Kentucky", a-t-il lancé en faisant référence à trois des six dernières consultations pour lesquelles Clinton est à chaque fois donnée en tête.

Mais il a ajouté que dans l'hypothèse où Obama remporterait finalement l'investiture, la sénatrice lui apporterait tout son soutien pour battre le républicain John McCain le 4 novembre.

Même si elle remporte la totalité des prochaines consultations, Clinton ne pourra pas rattraper son retard sur Obama en nombre de délégués, appelés à désigner le candidat du parti de l'âne lors de la convention nationale à Denver fin août.

L'issue du duel est entre les mains des quelque 800 super délégués - élus, permanents et personnalités du parti - qui sont libres de soutenir le candidat de leur choix.

Selon les calculs de MSNBC, Obama dispose au total de 1.859 délégués contre 1.700 pour Clinton. Il en faut 2.025 en total pour remporter l'investiture.

INQUIÉTUDE CHEZ LES DÉMOCRATES

De nombreux démocrates attendent avec impatience la fin de ce duel afin que le parti puisse se rassembler derrière son candidat et se mettre en ordre de bataille pour affronter McCain.

Certains redoutent que la prolongation du suspense dans le camp démocrate ne donne des armes à leurs adversaires en pointant les faiblesses des candidats et en créant des divisions au sein de l'électorat. Obama séduit les électeurs "CSP+", les jeunes et les noirs tandis que Clinton capte les voix des ouvriers blancs et des hispaniques.

"Il y a un empressement au sein de la direction du parti et parmi les militants à travers le pays à passer au scrutin présidentiel", a déclaré Axelrod.

Le sénateur du Connecticut, Chris Dodd, un ancien candidat qui a apporté son soutien à Obama, a assuré que le parti serait uni derrière son candidat. "J'ai une totale confiance au moment où je vous parle dans le fait que nous serons un parti très uni derrière Barack Obama, très, très rapidement", a-t-il dit sur

NBC.

Il a ajouté que Clinton et son équipe de campagne avaient besoin de temps pour évaluer la situation. "Ce sont des moments difficiles pour eux", a-t-il expliqué.

Un sondage publié par le Los Angeles Times ce week-end donne les deux candidats en tête devant McCain. Clinton est créditée de 47% des voix contre 38% pour le sénateur de l'Arizona tandis qu'Obama obtient 46% des voix contre 40%. La marge d'erreur est de plus ou moins trois points de pourcentage.

Selon cette enquête d'opinion, l'économie est en tête des préoccupations de la majorité des électeurs (56%), alors que l'Irak était le principal de leurs soucis il y a encore six mois.

Parmi les électeurs qui placent l'économie en tête de leurs préoccupations, une forte majorité se reporte sur l'un ou l'autre des candidats démocrates.

Ces derniers se sont accordés une pause dimanche avant de reprendre le chemin de la campagne.



Version française Gwénaelle Barzic




Commenter cet article