Deby sur écoute : Conversation avec le Chef rebelle Soudanais Khalil Ibrahim

Publié le par Hamid K.

La conversation télèphonique  entre le Président  Deby et le leader  du MJE Khalil Ibrahim le 05 mai 2008 à 20h32 quelques jours avant l’attaque d’Omdourman.

 

 

I. Déby :   Ibrahim comment vas tu ?

I. Khalil :   Grâce à Dieu  ça  va Mr le président.

I. Deby :   Alors quelles sont les nouvelles ?

I. Khalil :   Nous avons reçu  toutes les dotations par Mahamat Ali Abdallah, nous sommes reconnaissants de l’appui que vous faites pour la communauté.. Nous ne vous decevrons pas.

I. Deby  :   On me dit qu'il y'a des problèmes avec les combattants, est ce vrai ?

I. Khalil :   Non, ceux qui vous racontent cela est faux. Le seul problème  est celui que je vous ai fait parvenir par le frère  Daoussa.

I. Deby :   Vous connaissez vos objectifs maintenant... à ça  vous les connaissez.

I. Khalil :   Oui monsieur le président. Ne vous en faites pas concernant les rebelles notre vie et notre avenir en dépend.
Merci aussi pour l'assistance de nos amis qui nous soutiennent, les occidentaux nous font du bien.

I. Deby  :   Oui, mais il faut rester discret car l'avenir de l'Eufor en dépend. Je ne veux pas que vous parliez de ça. Contentez vous d'agir pour l'instant, compris ?

I. Khalil :   Vous avez raison, la France c'est vous qui avez voulu, sinon ils ne sont pas inscrits dans nos objectifs.

I. Deby  :   J'ai aussi donné  des ordres pour qu'on vous facilite vos démarches à   travers nos ambassades, notamment celle des USA et de la Belgique et  d’autres. Est ce que tout se passe bien, Il faut rester discret par contre...

I. Khalil :   Entendu monsieur le président de  la communauté  ne vous remerciera jamais assez. Je voudrais aussi vous redemander les sollicitations de la  dernière fois .Je ne sais pas si on vous les a dites...

I. Deby :    1 milliards de FCFA vous a été remis par Ardja au mois d’avril.

I. Khalil :    Cet argent nous a été  remis en partie. On a reçu  480 millions seulement.

I. Deby  :    Comment ? Ce n’est pas possible.... Je vais demander au trésor  de vous remettre quelque chose, approcher mon directeur de cabinet pour cela. Par contre je voudrais que vous fassiez des rebelles tchadiens votre priorité. Vous serez sous le commandement de l'Etat major et directement lié à  la présidence . Mes amis vous donneront les positions et l'essentiel, le reste est votre travail. Tout dépend  de votre engagement maintenant si vous voulez compter sur notre aide pour réaliser  vos objectifs pour le Darfour.

I. Khalil :   Nous comprenons, faites nous confiance... Encore merci.

I. Deby  :    Dorénavant, vous parlerez avec Mahamat Ali, ou Daoussa. Au revoir.

I. Khalil :    Choukrane Alsaid Al Rais et Que Dieu soit avec vous...  



Commenter cet article