Hier : Bongo a dépêché son supopôt à la tête de l'UA chez Deby

Publié le par Hamid K.

L'Union Africaine organise une médiation entre N'Djamena et Khartoum

N'DJAMENA - Le président de la Commission de l'Union africaine Jean Ping s'est entretenu jeudi soir à N'Djamena avec le président Idriss Deby avant de s'envoler pour Khartoum où il doit rencontrer le président soudanais Omar el-Bechir pour tenter de résoudre la crise entre les deux pays.

"La situation actuelle entre le Tchad et le Soudan est très préoccupante. Je suis venu (à N'Djamena) pour ça et je repars pour Khartoum ce soir. Notre objectif est de tout faire pour faire baisser la tension montée à la suite de l'attaque sur Omdurman", a affirmé le président gabonais de la Commission à la presse à sa sortie du palais présidentiel.

"Notre objectif est d'amener les deux parties à la retenue pour trouver les voies du dialogue et ramener le Tchad et le Soudan à la table des négociations", a ajouté M. Ping, en appelant au respect de l'accord de Dakar signé entre les deux parties il y a deux mois.

"Nous voulons éviter que la situation s'aggrave", a-t-il conclu.

Le gouvernement tchadien s'est "félicité" dans un communiqué de la "démarche de l'Union africaine qui privilégie le dialogue".

"Le Tchad réitère son engagement à respecter les accords qu'il a signés et notamment les accords de Tripoli, Ryad et Dakar", affirme le communiqué.

De violents combats entre l'armée soudanaise et les rebelles du Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM) ont eu lieu le week-end dernier à Omdurman, ville jumelle de Khartoum.

M. Béchir en a attribué "toute la responsabilité" au Tchad et menacé son voisin de représailles. Le Soudan a rompu ses relations diplomatiques avec le Tchad dimanche.

L'attaque sur Omdurman de la part de rebelles soudanais comporte de nombreuses similitudes avec l'offensive ratée contre N'Djamena les 2 et 3 février par des rebelles tchadiens partis de leurs bases arrière au Darfour, dans l'ouest du Soudan, et qui avaient failli renverser Idriss Deby Itno.

Sous la pression internationale, les deux pays avaient signé le 13 mars à Dakar un énième accord de paix présenté comme "définitif", après avoir déjà signé des accords à Ryad, Tripoli et même à Cannes, dans le sud de la France.

(©AFP / 15 mai 2008 23h09)

Commenter cet article