USA: déroute républicaine en vue

Publié le par Hamid K.

Par Grangereau Blog

Soudain, c’est la panique à bord du parti républicain. Ses leaders viennent de réaliser qu’ils risquent la déroute totale lors des élections du 4 novembre à la Chambre des représentants – et peut-être aux présidentielles, qui ont lieu le même jour, si Barack Obama, probable candidat démocrate, est élu.
    Dans les trois dernières élections partielles de la chambre, qui se sont déroulées dans des bastions républicains, des démocrates l’ont emporté. La dernière a eu lieu mardi dans un district du Mississippi, un Etat de la « Bible belt » qu’on croyait tout entier acquis aux idéaux bushistes. Pour assurer le coup, un lobby républicain a allongé un million de dollars pour épauler son candidat, et le vice-président Dick Cheney en personne est venu dire tout le bien qu’il en pensait. Ce dernier a pourtant été battu à plate couture (53% contre 46%) par le candidat démocrate. Sa victoire inattendue a
choqué l’establishment républicain, qui depuis prophétise presque l’apocalypse du parti.  « J’ai jamais vu des milit
Delayants aussi démoralisés », a avoué Tom DeLay (photo), l’ex-leader républicain de la Chambre. Plus prosaïque, le représentant républicain de Virginie Tom Davis a comparé « l’aura républicain » à de la nourriture pour chiens « bonne pour la poubelle » et dit n’avoir jamais rien vu de tel « depuis le Watergate ».
     Si le rejet républicain se confirme, la Chambre pourrait bien se retrouver avec une majorité démocrate écrasante.

Source: liberation.fr
..............................................................................................................

L’«hypocrisie» de John McCain
Par
Richard Hétu


John McCain était prêt à engager des pourparlers avec le Hamas avant d’être contre. C’est ce que révèle James Rubin, ex-membre de l’administration Clinton, qui a interviewé le sénateur de l’Arizona en 2006 pour le compte de Sky News. Je cite dans le texte l’extrait de l’entrevue dont fait mention Rubin dans cet article publié sur le site du Washington Post

Source: cyberpress blog

Commenter cet article