Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A propos de la déportation des Goranes et Zagawa

Publié le par Hamid K.

Déportation des enfants, un acte criminel et illégal.

Par Mahamat Ahmat / Tchadacuel

La semaine dernière, il y a eu une bataille rangée entre deux groupes des élèves de différents établissements de la ville de Ndjamena. La bagarre opposait des enfants goranes à ceux des zaghawa, pour des problèmes de quartier. Ces genres d’événements sont assez courants à Ndjamena, particulièrement dans les mêmes milieux et pour les mêmes raisons ; il y avait même eu mort d’homme en son temps.

L’effritement du système éducatif, la proximité des acteurs avec le pouvoir en place, expliquent la récurrence de ces événements. Les pouvoirs publics n’ont jamais réussi à trouver une solution, par contre les parents se sont souvent investis pour calmer les jeux. Aujourd’hui Deby a intervenu, à sa manière, brutale et dictatoriale : il a tout simplement déporté les enfants de deux camps vers le bagne de Koro Toro, en plein désert de Borkou. Deby a agi comme tout bon dictateur : court-circuitant toutes les institutions de l’Etat, se mettant à la place de la police et de la justice, fermant la porte à toute autre voie de résolution, Deby réagit selon les palpitations de son cœur, point de raison. Celui qui porte le nom de Garant de la justice, refuse à cette dernière le droit de régler les problèmes simples comme ceux des quartiers. Pour un oui et un nom Deby déporte les citoyens vers des lieux très inhospitaliers, éloignés et inaccessibles, particulièrement à Bardai et KoroToro. Dans ces lieux, séjournent actuellement des dizaines des personnes dont les parents sont sans aucune nouvelle : des militaires, des politiques, des éléments de l’ancien Ministre de défense, Mahamat Nour, des notables de la région de Dar Tama et aujourd’hui des élèves. Certains y séjournent depuis plusieurs années.

Le plus étonnant, pour ne pas dire écœurant est la passivité des parents face aux actes non seulement criminels mais totalement illégaux du Dictateurs. Plus de 60 enfants, certains ont moins de 15 ans ont été déportés. En effet les parents semblent donner raison au dictateur, semblent s’accommoder du déni de justice. « Ces enfants sont mal élèves et méritent d’être dressés, au lieu d’étudier, ils se battent à cause des filles » Et il faut les assassiner pour cela ? Non, ce sont vraiment des arguments fallacieux, poltrons qui cachent mal la peur et la soumission. On ne peut pas justifier les actes illégaux du dictateur, moins encore s’accommoder à l’illégalité. A la veille des examens de fin d’année, les parents doivent exiger le retour de leurs enfants et régler les contentieux, s’il y en a un, par la voie judiciaire. Les Adh doivent dénoncer les déportations illégales des citoyens par la seule volonté et décision de Deby. Au delà de la peur évidente, le silence actuel de l’opinion national face aux actes barbares et dictatoriaux de Deby s’apparente fortement à une collaboration dans le déni de justice.

Mahamat Ahmat
N’djamena

Commenter cet article