"RÉPONDRE A DEBY PAR L’ÉPÉE!"

Publié le par Hamid K.

Par Le Gars de Mandoul

« Où manque la force, le droit disparaît; où apparait la force, le droit commence de rayonner »  Maurice Barrès

Si déjà, Deby est organiquement incapable de comprendre minimalement le concept de la démocratie et de ses principes élémentaires, Comment dire que Deby peut accorder aux tchadiens un espace politique véritable pour exprimer leurs opinions et résoudre, par le dialogue, les conflits actuels? Je peux  affirmer, avec prétention à la certitude, que Deby Itno n’a ni la capacité ni la volonté de réaliser un Tchad véritablement démocratique. Il suffit de regarder la nature obscure de ce général et de voir comment il s’est forgé pour arriver là où il est. Le peuple tchadien a officiellement et clairement exprimé ses aspirations démocratiques. Deby n’a rien compris et ne montre aucun signe de réceptivité. En l’absence totale de toute possibilité sincère de dialogue politique, comment faire comprendre à Deby que le peuple a souverainement opté pour le changement? Faut-il continuer de réciter inutilement les théories apprises dans les universités? Deby n’est pas un homme de paix ni un démocrate ouvert au dialogue sincère. Il n’est d’ailleurs pas un démocrate. Que reste à dire à ce général de l’armée et dans quel langage hormis le choix radical? Certains politiciens opportunistes, en manque d’inspiration et se basant sur des suppositions abstraites, s’agitent à tromper le peuple à travers  leurs rhétoriques routinières et nient le choix de l’efficacité.  Par rapport aux intérêts des tchadiens, ce sont des discours aussi inutiles que Deby lui-même. Les tchadiens ne savent peut-être pas exactement ce qu’ils veulent mais ils savent exactement ce qu’ils ne veulent pas : Ils ne veulent rien savoir de Deby Itno. Les discours idéalistes de ces politicards ne servent qu’à justifier l’impasse dans laquelle leurs idées stériles  nous ont menés. Dès qu’il est évoqué une vérité, ils apparaissent avec la fameuse méthode consistant à rendre un argument complètement absurde en le poussant à l’extrême. Tout est sujet à masturbation intellectuelle. Leurs idées se heurtent aux vécus quotidiens des tchadiens, montrent leurs limites puis s’effondrent alors qu’une grande menace à la survie des tchadiens se renforce dangereusement. Le vrai danger vient du fait que Deby est  lourdement armé et décidé à défendre ses intérêts personnels. Il faut lui répondre de manière pratique, efficace et dans le langage qu’il est susceptible comprendre véritablement.
Deby tient son épée et les innocents ne seront pas épargnés. Le peuple doit lui répondre par l’épée. Le choix radical est une option valable, parmi les choix à retenir face aux criminels, pour atteindre l’objectif ultime. Un examen rigoureux de la réalité des tchadiens et la nature du pouvoir de Deby impose cette option, pour mettre fin à une dictature qui exploite les failles du nouvel ordre démocratique mondial. Entre la vérité réaliste et libératrice et l’illusion idéaliste, je choisis le réalisme. J’assume mon choix! L’écroulement du rempart ultime de Deby, c’est-à-dire son appareil répressif, est la première étape vers le changement et la première marche décisive de la résistance nationale dans la réalisation de ses objectifs démocratiques.  Me demanderiez-vous, qui sera capable, parmi les dirigeants actuels, de conserver l’unité du pays après Deby? Je vous réponds que c’est celui là qui réussira véritablement à échapper au  déterminisme clanique et qui remportera l’adhésion de la grande majorité des tchadiens.  C’est celui qui sera capable de poser l’acte « juste » c’est-à-dire l’acte rassembleur.     


Le Gars de Mandoul

 

Source: crimeautchad.over-blog


NDLR : Nous avons repris cet article pour faire la rélation avec ce que dit Joe Kongarena sur l'auteur et de ses opinions

Commenter cet article