TCHAD: Les camps de réfugiés livrés à eux-mêmes pour la sécurité. " Imaginez la vraie mission de l'Eufor ?"

Publié le par Hamid Kelley


ABÉCHÉ (Tchad), 22/05 - Les ONG et les agences de l`ONU se plaignent de l`insécurité grandissante dans les camps de réfugiés soudanais de l`est du Tchad qui ne sont gardés que par quelques gendarmes et alors que les policiers qui doivent y être déployés n`ont toujours pas entamé leur formation.

"C`est simple: aujourd`hui vous avez à l`entrée d`un camp deux ou trois gendarmes qui contrôlent vaguement les entrées avec une barrière", explique à un journaliste de l`AFP Annette Rehrl, porte-parole du Haut-commissariat de l`ONU pour les réfugiés (HCR).

"Malheureusement, ce ne sont pas eux qui vont faire respecter la loi dans les camps", ajoute-t-elle, évoquant le sentiment grandissant d`insécurité dans les camps qui accueillent 260.000 réfugiés soudanais du Darfour voisin en guerre civile. Quelque 190.000 déplacés tchadiens vivent aussi sur des sites de moins en moins sûrs.

"Dans certains camps, la police tchadienne responsable de la protection des réfugiés a été incapable d`assumer ses fonctions parce que les groupes armés pratiquent l`intimi- dation et profèrent des menaces de mort", expliquait récemment l`ONG Human Rights Watch (HRW).

Selon le HCR, les réfugiés citent la tombée de la nuit et les premières heures du matin comme les moments où ils se sentent le moins en sécurité. Les humanitaires ne sont alors plus présents.

Commenter cet article