COMPRENDRE LA LÉGITIME RÉSISTANCE TCHADIENNE!

Publié le par Hamid Kelley

Par le Gars de Mandoul / blog crimeautchad

« 
Le pire de tous les états de l’âme est l’indifférence.
 »  Lamennais 


La combinaison des facteurs tels que la privation des biens sociaux premiers, des droits et libertés, le mensonge,  la corruption et la répression brutale du peuple par le général Deby Itno, a engendré une réaction égale et opposée, du plus grand nombre de tchadiens revendiquant la liberté. En endeuillant presque toutes les familles tchadiennes directement ou par personnes interposées, Deby lui-même a crée la résistance tchadienne actuelle. Ceux qui ont survécu au massacre par Deby lui résistent aujourd’hui et réclament le changement.
La résistance tchadienne est une situation dans laquelle les tchadiens opèrent le choix de manœuvrer eux-mêmes leur propre destinée. Elle est le reflet de l’humeur profonde de la grande majorité de tchadiens. C’est l’impulsion des tchadiens vers la démocratie authentique. Davantage de tchadiens se reconnaissent et s’activent dans cette marche historique. L’insensibilité totale du régime actuel face à la jeunesse a engendré une résistance attendue chez les jeunes. De plus en plus, nous entendons des jeunes tchadiens, dans leurs entretiens, s’identifier aux forces positives  de la liberté incarnée par la résistance. Ces jeunes s’appellent frères dans la résistance à la galère et au chômage. Il s’agit là, de la galère causée par la mauvaise gestion de Deby et son indifférence. Évidemment, la résistance actuelle, globale et polymorphique, est l’expression naturelle de tous ceux qui l’adoptent. La manifestation de la liberté à travers la résistance procure un sentiment de dignité et d’espoir. Résister, c’est être conscient de ce mouvement de masses et capable de le sentir.   C’est comprendre l’aspiration et la réalité quotidienne des tchadiens dans leurs diversités. Un résistant est celui qui résiste face à la corruption institutionnalisée, à l’injustice, à la violation des droits, aux maux qui minent la jeunesse,  à la politique coloniale française à l’égard du Tchad. Aussi, un résistant est celui qui contredit les  prédications fallacieuses des politiciens sans scrupules et nie leurs théories stériles qui se heurtent déjà aux vécus quotidiens des tchadiens. Ces politicards, satellites des cercles occultes liés à la françafrique, s’imaginent connaître les problèmes du peuple, au point qu’ils se précipitent à imprimer leurs idées et leurs définitions préconçues sur la réalité des tchadiens, maintenant ainsi le peuple dans une impasse qui dure indéfiniment. Comment survivre face à Deby armé parlant uniquement le langage de la force et tirant sur les innocents? Pourquoi condamner ceux qui sont forcés au choix de se défendre par les armes afin de survivre? En quoi fait-on l’apologie de la violence lorsque le choix des armes vise essentiellement à se défendre et  d’ailleurs que ce n’est pas le choix premier de ceux qui résistent? Deby n’est-il pas toujours là avec ses mêmes méthodes et appareils répressifs intacts? Où sont passés Abbass Koty, Kétté Moise, Laokein Bardé, Bichara Digui, Dr Harris, Togoimi…? N’est-il pas vrai que ces hommes sont allés là où les pièges des théoriciens de la nonchalance face à Deby les ont menés? Ces théoriciens les ont-ils ressuscités pour leurs familles? Le refus de se défendre face à un agresseur impitoyable et armé ne réduit en rien le risque de mort de l’innocent. Il faut dire aux tchadiens que Deby a réussi à transformer un bon nombre d’intellectuels en marionnettes qui, par leurs rhétoriques régulières, donnent une certaine coloration démocratique à son autoritarisme et nie la solution de l’efficacité. En vérité, ce qui ressort, des propos de ces intellectuels, n’est qu’un récital routinier dans la langue de Molière, destiné à faire plaisir à eux-mêmes, à rendre service à Deby et à impressionner les esprits faibles. A ces politiciens irréalistes, je dis que vous ne réussirez pas à nous endormir. Laissez nous effectuer nos propres véritables choix. Vous verrez que nos préférences, concernant les voies menant au changement et au progrès au Tchad, se porteront sur autres choses que Deby Itno et les armes. Autrement, nous nous protégerons  par tous les moyens efficaces de défense parce qu’il s’agit de notre survie et de nos droits immuables. Résister, c’est poser l’acte responsable et efficient qui permet de sortir urgemment le Tchad de l’impasse actuelle. De plus, porter la résistance en soi-même, c’est vouloir donner véritablement pour une fois la liberté aux tchadiens; c’est vouloir rétablir l’ordre républicain; c’est donner l’opportunité à la jeunesse tchadienne de montrer ses capacités et capabilités; c’est servir de bonne foi et dans la transparence le peuple tchadien; c’est garantir l’autonomie et la souveraineté politique des tchadiens. Voila très brièvement ce qu’est la résistance tchadienne, sa vision et la culture qu’elle véhicule. La résistance tchadienne n’a pas une approche doctrinaire pour la simple raison qu’elle est déjà l’expression de tous les tchadiens qui portent véritablement en eux l’amour de leurs pays.

Si les tchadiens semblent avoir une très vague idée de ce qu’ils veulent vraiment,  en tout cas ils ont une idée très claire de ce qu’ils ne veulent pas : Ils ne veulent plus vivre sous l’oppression de Deby ni de personne autre que Deby qui les opprimera encore et profitera d’eux.
Et c’est pour cela qu’ils résistent sous plusieurs formes et se méfient, attendant de voir  clair. Par ailleurs, Celles ou ceux qui aspirent à diriger la résistance, doivent travailler pour refléter les forces qui se meuvent en profondeur et à créer les conditions d'une relation de confiance avec le peuple. Le caractère moral d’un dirigeant est aussi décisif que la résistance et la politique qu’il mène.  L’éthique de l’homme qui aspire à servir le peuple tchadien doit être la morale de la responsabilité. Ça doit être une morale des conséquences en ce sens qu’elle doit se préoccuper des effets prévisibles. Je reviendrai sur le thème d’éthique touchant nos dirigeants dans un texte futur car le sujet que je traite ne se focalise pas sur la morale... C’est bien beau de dire que la résistance fait ceci, fait cela. C’est aussi beau de résister, en faisant usage d’efficacité et de responsabilité, pour mettre fin immédiatement à la répression brutale des tchadiens par Deby Itno. Mais Il faut aussi apporter aux tchadiens la garantie de ces promesses et la preuve de bonne foi. Il faut présenter au peuple un programme politique clair, détaillé, solide et cohérant, répondant au besoin des tchadiens. Il faudra se poser des vraies questions : Que veulent les tchadiens? Quels sont les besoins quotidiens et les plus urgents des tchadiens? Comment répondre à ses besoins? Avec quels moyens? Comment garantir minimalement aux tchadiens les besoins sociaux premiers? Quel avenir réserve-t-on à la jeunesse tchadienne? Que fait-on pour améliorer les conditions de la femme tchadienne? De nombreux profiteurs, en peau de libérateurs, ont abusé de la confiance des tchadiens. Personne n’a besoin des preuves de ce que j’affirme. Ils sont encore là vivants.  Les tchadiens ne peuvent plus continuer à fournir des efforts et sacrifices vains si c’est pour se retrouver dans un précipice en bout de ligne. Dans ce cas, ils préfèrent avancer lentement et profiter de la vie même si elle est misérable. Ce n’est pas au peuple de faire l’effort d’aller vers les dirigeants pour réclamer des garanties des promesses et de bonne foi. Sachons que ce sont les dirigeants qui doivent servir le peuple. Le contraire est faux. Il revient donc à ceux qui veulent servir le Tchad de demain de prouver qu’ils ne sont pas comme les autres qui ont opprimé les tchadiens et continuent de le faire et surtout de prouver en quoi ils sont différents.  L’honnêteté et la morale de responsabilité font aussi partie des valeurs de la résistance tchadienne. Expliquons, à ceux qui ne sont pas informés, la nature et la culture de la résistance tchadienne ainsi que la direction vers laquelle elle évolue. Une telle communication apporte l’assurance qui manque dans la marche vers l’objectif ultime: le changement. Souvenez-vous qu’actuellement au Tchad, tout est résistance!!    


Le Gars de Mandoul




NDLR : Nous avons repris cet article pour faire la rélation avec ce que dit Joe Kongarena sur l'auteur et de son supposé changement opinion

Commenter cet article