HYLLARY CLINCTON GAFFE

Publié le par Hamid Kelley

Clinton évoque l'assassinat de Robert Kennedy


Par  Alain Jean-Robert - AFP - Washington

Une référence maladroite de la prétendante à la Maison Blanche Hillary Clinton à l'assassinat de Robert Kennedy pour justifier son maintien dans la course à l'investiture a provoqué vendredi la stupeur dans le camp démocrate.

«Mon mari (Bill Clinton) n'était pas assuré d'obtenir l'investiture en 1992 jusqu'à ce qu'il remporte la primaire de Californie vers la mi-juin n'est-ce pas? On se rappelle tous de l'assassinat de Bobby Kennedy en juin en Californie», a dit Mme Clinton au cours d'une discussion avec les journalistes du Sioux Falls Argues Leader, un journal du Dakota du Sud (nord).

Robert Kennedy, le frère du président également tombé sous des balles, a été assassiné le 5 juin 1968, alors qu'il briguait l'investiture démocrate.

Mme Clinton entendait rappeler que la course à l'investiture démocrate pouvait ne pas être bouclée avant juin, mais sa référence maladroite à l'assassinat de Robert Kennedy a provoqué la stupeur et la colère du camp de son rival Barack Obama.

Celui qui pourrait devenir le premier président noir des États-Unis est sous la protection des policiers du Secret Service, le bureau fédéral chargé de la protection des personnalités, depuis le début de sa campagne. Ses partisans ont plusieurs fois évoqué leur crainte que le sénateur de l'Illinois soit assassiné comme Robert Kennedy ou le pasteur Martin Luther King, tué en avril 1968.

Mme Clinton a présenté ses excuses affirmant dans un communiqué qu'elle ne voulait pas se montrer «offensante» et qu'elle priait pour la famille Kennedy. Le sénateur Edward Kennedy, le frère cadet de John et Robert Kennedy, a été diagnostiqué cette semaine avec un cancer incurable du cerveau.

«J'exprime mes regrets si mes références à ce moment dramatique de notre histoire, particulièrement pour la famille Kennedy, ont pu blesser qui que ce soit», a dit Mme Clinton.

Elle a également dit pour se justifier qu'elle avait été bouleversée cette semaine par les nouvelles concernant la santé d'Edward Kennedy et qu'elle avait beaucoup évoqué le nom de Kennedy.

Cependant, le magazine Time a rappelé sur son site internet que la sénatrice de New York avait tenu à peu près les mêmes propos lors d'un entretien publié par l'hebdomadaire le 6 mars dernier.

Interrogée alors pour savoir si des primaires trop longues n'allaient pas nuire au parti démocrate, Mme Clinton avait répondu: «Nous nous souvenons tous de cette grande tragédie quand Bobby Kennedy a été assassiné. Mon mari n'avait pas décroché l'investiture en 1992 jusqu'en juin. Avoir une course à l'investiture qui dure jusqu'à juin n'a rien de particulièrement inhabituel».

«L'excuse (de Mme Clinton) aujourd'hui est que les Kennedy ont beaucoup occupé son esprit ces derniers jours à cause de la maladie d'Edward Kennedy, mais cela n'explique pas pourquoi elle avait cela à l'esprit il y a plus de deux mois», a commenté une journaliste de Time, Karen Tumulty.

Le porte-parole de M. Obama, Bill Burton, a condamné les propos «malheureux» de Mme Clinton estimant qu'ils n'avaient «pas leur place dans la campagne».

Ce n'est pas la première fois que Mme Clinton tient des propos «malheureux».

Mercredi, la sénatrice de New York n'avait pas hésité à comparer l'imbroglio électoral au Michigan et en Floride, où les résultats des primaires démocrates sont invalidés par les instances nationales, à la situation au Zimbabwe.

En mars, la sénatrice de New York avait affirmé, à tort, avoir effectué un voyage en Bosnie en 1996 sous les coups de feu de tireurs embusqués. Mme Clinton s'était justifiée en expliquant qu'elle avait mélangé ses souvenirs et qu'elle était fatiguée. Mais, les médias avaient retrouvé plusieurs discours antérieurs où Mme Clinton parlaient sans ciller des prétendus tirs de snipers à son arrivée à Tuzla.

M. Obama avait alors dénoncé «les mensonges à répétition» de sa rivale.






Source : Cyberpresse.ca

Commenter cet article