La réalité a changé et nous sommes en droit de demander un bilan.

Publié le par Hamid Kelley

Par A. Koumlan


Je pense que l’article de Joe Al Kongarena va susciter un long débat entre les partisans de la force et de revendication pacifique. Tant mieux pour les tchadiens s’ils peuvent en tirer quelque chose qui ferait avancer un camp ou l’autre. Ce que nous appelons la résistance nationale aujourd’hui n’est plus que l’ombre de ce que Le Gars de Mandoul décrivait il y a deux ans dans son article « Comprendre la légitime résistance tchadienne. » Pour vous donner une image, c’est comme un vieillard de 90 ans qui prétend garder intactes ses prouesses footballistique pour la raison qu’à 30ans, il avait reçu le ballon d’or, une reconnaissance mondiale dans le milieu du football. Oui, 60 ans plutôt, il était le meilleur de la planète mais aujourd’hui, il ne peut même pas marcher d’un poteau à l’autre dans un terrain de football en 90mn. La réalité a totalement changé.
En 2006, il y avait beaucoup d’espoir en la coalition des différents groupes rebelles. Aujourd’hui, la réalité est tout autre. Le Gars de Mandoul lui-même ne pourra plus décrire et expliquer la résistance comme il l’avait fait à ses débuts en raison des tergiversations, des trahisons et malheureusement du régionalisme qui connaît ses temps glorieux. Ce qui a été dit il y a deux ans ne peut plus être tout simplement repris pour démontrer de la satisfaction vis-à-vis des politico-militaires. A moins de mépriser les chicanes et les divisions parmi les rebelles. Quand on leur dit unissez vous, c’est là qu’ils se divisent.
De plus, si nous vérifions le blog personnel du Le Gars de Mandoul, nous remarquons que son dernier article titré « Le Parcours Du Soldat Deby Itno » date du 06 novembre 2007. Quand il était vraiment motivé à l’époque car je le lisais beaucoup tout comme j’ai quelques personnes que je suis leurs écrits ( par exemple Enoch Djondang) , Le Gars de Mandoul écrivait au moins un article par semaine. Si en 8 mois, il garde un silence de mort et ce, depuis la trahison et la ralliement du capitaine Mahamt Nour, c’est dire qu?il vrai que quelque chose a changé dans la position de cet opposant même si son opposition à Idriss Deby demeure comme telle. S’il ne peut rallier le camp de Deby, les très longues absences ou simplement le silence du Le Gars de Mandoul, en dépit des récentes actions de l’opposition armée qui a fait couler beaucoup d’encre, indique de manière fort probante qu’il y a une profonde déception due au comportement et à l’incapacité des politico-militaires à comprendre la nécessité de l’unité politique. Je pense qu’une récupération d?un article s’appuyant sur un schéma dépassé ne démontre en rien de l’utilité de l’opposition politico-militaire. Le Gars de Mandoul parlait d’une époque et Joe Al parle des résultats et faits présents. Et même si on était totalement d’accord avec l’article du Le Gars de Mandoul, après deux ans quand même, on peut se demander de faire un bilan et de savoir si on avance ou non, on est efficace ou pas. Le bilan, resté dans le négatif, indique que la façon de faire les choses ne fonctionne pas ou que nous avons pris un mauvais chemin. Il faut trouver une façon efficace de mener l’opposition à Deby. Il faut être intellectuellement malhonnête pour ne pas reconnaître que notre façon de mener l’opposition n’est pas rentable.
Je pense jusque là que l’article de Joe Al est très pertinent et profond et aide à une vraie prise de conscience qu’il faut changer la manière de nous opposer au règne sans fin d’Idriss Deby Itno si vraiment et vraiment nous voulons voir le changement politique au Tchad.

A. Koumlan
koumlan@gmail.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article