D'après une étude, le Sahara s'est asséché de façon progressive, et non soudaine

Publié le par Hamid Kelley

Écrit par Cordis Nouvelles / lagrandeepoque.com   
25-05-2008

D'après les résultats d'une nouvelle recherche, la transformation du «Sahara vert» de type savane tropicale herbeuse en ce désert chaud qu'il est aujourd'hui s'est effectuée lentement, sur des milliers d'années. Ces résultats viennent contredire les travaux antérieurs selon lesquels le changement d'un Sahara «vert» en un Sahara «brun» a été un processus relativement rapide s'étalant sur quelques centaines d'années uniquement.

Il y a 14 800 ans, le Sahara est devenu une savane tropicale herbeuse parsemée de lacs grâce à une augmentation des pluies de mousson. Une analyse de sédiments marins prélevés sur la côte ouest du Sahara suggérait un assèchement relativement soudain de cette région il y a environ 5500 ans. Ce changement environnemental rapide a été attribué à des processus de rétroaction positive entre la baisse de la pluviométrie et la dynamique de la végétation.

Dans cette dernière étude, une équipe internationale de scientifiques dirigée par Dr Stefan Kröpelin de l'université de Cologne (Allemagne) a étudié les sédiments du lac Yoa dans le nord du Tchad. Contrairement à la plupart des lacs de la région, le lac Yoa ne s'est jamais asséché, en raison de son alimentation par une couche aquifère souterraine. Au cours des 6000 dernières années, été comme hiver, une couche de sédiments se déposait sur le lit du lac.

L'étude de la composition géochimique de ces sédiments, ainsi que des restes de plantes et d'animaux trouvés, a permis aux scientifiques de reconstituer un registre haute résolution détaillé de l'environnement saharien au cours des 6000 dernières années. Leurs résultats sont publiés dans la dernière édition de la revue Science.

D'après les conclusions des chercheurs, l'assèchement du Sahara s'est fait progressivement entre 5600 et 2700 av. J.-C., en réponse à une baisse progressive des pluies de mousson tropicale. La baisse de la pluviométrie a conduit au remplacement des arbres tropicaux des prairies herbeuses par la végétation caractéristique du Sahel, a suivi la perte du couvert herbacé et la mise en place des plantes désertiques pouvant résister aux conditions extrêmes du désert.

Jusqu'à présent, le cas de l'assèchement du Sahara était utilisé pour démontrer que les changements environnementaux peuvent se révéler très rapides si certains points de rupture sont atteints.

Par ailleurs, les scientifiques mettent l'accent sur l'importance des informations concernant la rapidité de ces changements pour mieux comprendre l'interaction entre les systèmes tropicaux et les systèmes de prévisions météorologiques à latitude moyenne.

Pour de plus amples informations, consulter:
[www.sciencemag.org]
[www.uni-koeln.de]

© Communautés européennes, 1990-2008
[http://cordis.europa.eu]





Source : Lagrandeepoque.com

Commenter cet article