Hillary Clinton est la bouche des 'opprimés' racistes.

Publié le par Hamid Kelley

Hillary Clinton est la bouche des 'opprimés' racistes. / alterinfo.net

"Mon mari (Bill Clinton) n'a pas bouclé la campagne pour l'investiture en 1992 avant d'avoir gagné la primaire en Californie à la mi-juin, n'est-ce pas? Nous nous souvenons tous que Bobby Kennedy a été assassiné en juin en Californie."
Deuxième sortie verbale assez illustrative et très significative de Hillary Clinton, dans non plus la "course", mais dans ce qu'il est convenu de nommer dans le jargon hillaryen, la "guerre" (c'est ainsi qu'elle le conçoit) qui l'oppose à Barack OBAMA et dont l'issue doit indubitablement être fatal au candidat "noir".

Après une première sortie verbale qui se voulait aussi "meurtrière" pour l'équilibre mental de milliers de personnes "noires" à travers le monde. Propos qui faisaient la démonstration de l'inévitable dépendance de la liberté des noirs du "bon vouloir" des blancs. Ainsi, Mme Clinton, comme toute l'idéologie racialiste, raciste et négrophobe, balayait les efforts de luttes des noirs et les plaçait à la merci de la bonté de ces individus blancs qui, par élan de générosité subite, changeaient le cours de l'histoire de noirs; ceux-ci étant à leur habitude (nature) dans l'attentisme.

Rappelons donc ces propos: "Le rêve du docteur King a commencé à se réaliser quand le président Lyndon Johnson a passé la loi sur les droits civiques en 1964 (...) Il a fallu un président pour le faire".
Si nous étions aussi "futés" que cette dame, on lui dirait donc d'emblée ceci: s'il a donc fallu un président pour cela, elle devrait donc, si elle avait une once de logique en elle, cesser la guerre pour l'investiture; puisqu'elle est une femme.

La récente sortie verbale de cette femme sans élégance aucune, est loin de susciter un quelconque émoi chez ceux et celles qui comprennent que, Hillary ne fait que dire ce que l'Amérique dite "profonde" pense réellement. Comment peut-on croire qu'une femme à qui l'on prête des qualités d'intelligence remarquables, de connaissance de la politique, de grande dame se soit allée inconsciemment à une telle déclaration ? Soit on vend une coquille vide, l'escroquerie est dévoilée ou alors c'est une femme avec tout au plus une de ces qualités mais, une négrophobe convaincue et, comme tous les négrophobes, n'accepte pas de se faire "dicter" la loi par ce que représente OBAMA et les noirs en général à ses yeux.
Dans tous les cas, Hillary Clinton est la voix des opprimés racistes qui se voient infliger une leçon d'intelligence.
Loin d'être des propos forts "inconscients", Hillary Clinton exprime l'idée qui ronge plus d'un, dans une Amérique aussi rongée par la négrophobie comme l'est la France.
Une fois de plus, la question reste posée: Barack OBAMA sera t-il le destructeur du Symbole ou connaître t-il un destin à la JFK ?

Dimanche 25 Mai 2008
sanslangue2bois@yahoo.fr


Source : Alterinfo.net



Commenter cet article