Les dessous d’une chute programmée ( de Deby)

Publié le par Hamid Kelley

Par Tchadvision

L
es lieutenants de Deby désertent leur camp au profit des forces révolutionnaires nationales. La chute de l’armée de Deby est un compte à rebours imminent.


Les stratégies des guerres enseignent bien de leçons militaires. Le train de défection au sein de l’armée de Deby au profit des troupes de l’Alliance Nationale (AN) conforte la thèse de certains observateurs : Les casernes de l’armée de N’djamena ne sont plus que des cases de paille. L’affaiblissement militaire du régime dictatorial tchadien démontre que les généraux et les soldats se battent aujourd’hui sans plus de convictions politiques et militaires. Après avoir soutenu sans faille Deby, les émules achetés et entretenus à coups de Francs CFA savent désormais que la roue de l’histoire tourne et que les aspirations populaires aux changements souffleront sur l’actuel régime autocrate.
Les hauts gradés de l’armée et police gouvernementale, leurs soldats et l’administration ont rejoint l’UFDD dans sa lutte pour chasser Deby au pouvoir. C’est la preuve, s’il en fallait une aux plus sceptiques, que le système politico-militaire qui a embrigadé le Tchad court vers sa chute.

L’arrivée de Monsieur Togui Hassan Mouhouma ; député et rapporteur adjoint de la Commission Défense et sécurité est un signe qui ne trompe pas. Les basses manœuvres militaires de N’Djamena sont à bout de souffle. C’est d’ailleurs ce qui peut expliquer la défection du Général Hassan Koreï Rozi, conseiller chargé de mission à la Présidence de la République et du Colonel Mahamat Yacoub Koundougou, commandant du groupement/monté de Goz Beïda et ancien officier de génie militaire formé en France. Cette sage et courageuse décision (pour mettre un terme au système mafieux de Deby) de ces personnalités de haut rang est la résultante de l’effet conjoint des cuisantes défaites infligées aux forces de Deby par la résistance nationale ainsi que de l’affaiblissement à tous les niveaux et chaque jour constant d’un régime dont la déchéance est certainement imminente et pour lequel personne ne veut mettre sa vie en péril. La Resistance Nationale a plus que jamais le vent en poupe et le bateau va couler à coup sur. L’étiquette et le calibre de ces personnalités passés au sein des forces révolutionnaires de l’Alliance nationale sont des signes et des symboles : Signe de l’imminence de la chute du camp Deby et symbole d’un combat noble. Les sous officiers et soldats anonymes qui traversent les lignes de l’armée régulière attestent de ce que les grandes manœuvres militaires venues de L’Est seront d’une grande amplitude.

Le dictateur du palais rose doit plus que jamais méditer cette réflexion : L’effusion de sang empoissonne le peuple et donne lieu à de nouvelles effusion. Face aux troupes de résistances, le Roi belge Léopold II capitula dans la bataille de Lys en 1940. Une leçon militaire…



La Rédaction de Tchadvision

Commenter cet article