Moussa Kadam contre Hadje Hayga Deby et les analphabètes de MPS

Publié le par Hamid Kelley

APA - N’Djamena (Tchad) Le Mouvement patriotique du Salut, le MPS, le parti au pouvoir à N’Djamena, a élu ce lundi, Mahamat Saleh Adoum Djorou, nouveau secrétaire général, à l’issue d’un scrutin serré, commencé tard ce dimanche.

Le congrès a été marqué par des coups de gueules, qui resteront célèbres dans les annales de ce parti.

Moussa Kadam, ancien ministre de l’éducation et ancien secrétaire général de la Présidence de la République, a mené une attaque en règle contre ce qu’il appelle, le contrôle du Parti du Président Deby par des ‘‘analphabètes’’.

Il a également dénoncé l’existence de structures parallèles, appelés ‘‘Bureaux’’ qui empiètent souvent sur les prérogatives du bureau exécutif du parti, créant ainsi plusieurs centres de décisions a-t-il ajouté.

L’intervention de M. Moussa Kadam a été chaudement applaudie par une bonne partie des congressistes.

Beaucoup d’observateurs ont vu dans cette sortie de M. Kadam, une attaque directe contre la grande sœur du Président, Mme Haïga Déby Itno, analphabète pour ses détracteurs et fondatrice du « Bureau Blanc ».

Cette structure dont l’immixtion dans la gestion du parti et dans les affaires publiques, est souvent décriée par les barons du parti et même par l’opposition, est difficile à situer dans l’organigramme du Parti au pouvoir à Njamena, soulignent les observateurs.

Le Président Idriss Déby Itno a suivi l’intégralité des travaux de ce congrès, jusqu’au petit matin.

Cette élection s’est déroulée en marge des travaux du congrès de ce Parti.

Quatre candidats étaient en lice pour briguer le poste du secrétaire général de ce Parti, occupé depuis plus de quatre ans par Mahamat Hissène qui n’était pas candidat.

Outre le vainqueur de ce scrutin, Les généraux Mahamat Ali Abdallah Nassour, ancien ministre de la Défense et actuel ministre de l’élevage, et Routouang Yoma Golom, plusieurs fois ministre et ancien secrétaire général du parti au pouvoir étaient également candidats.

Mahamat Zène Bada, maire de N’Djamena et ancien ministre, briguait aussi ce poste, le plus important au sein du parti au pouvoir.

Mahamat Zène Bada, maire de la capitale et ancien ministre de l’intérieur, est arrivé en deuxième position avec un score de 40,65% de voix.

Commenter cet article