John McCain a aussi son Ralph Nader

Publié le par Hamid Kelley

Par Atlantaphile / Midiapart.fr

Tout le monde se souvient que Ralph Nader, candidat des Verts américains, avait été accusé par les démocrates en 2000 d'avoir fait perdre Al Gore face à George W. Bush. John McCain pourrait avoir le même problème cette année avec le Parti Libertarien.

Ron Paul, republicain très populaire, ancien libertarien, ne se présentera pas comme libertarien comme en 1988. Il a décidé de rester fidèle au parti. Mais d'autres personnalités de droite, aussi populaires, sont en lice et ont obtenu, la semaine dernière, l'investiture du Parti Libertarien. Bob Barr, élu de Géorgie qui a obtenu l'investiture, pourrait poser de nombreux problèmes au candidat républicain. La base électorale libertarienne est en effet largement opposée à la guerre en Irak et a montré sa puissance fin 2007. En levée de fonds, Ron Paul avait été le plus important des candidats républicains lors du dernier trimestre, réussissant même à obtenir sur Internet 4 millions de dollars en une journée. Des militaires et familles de militaires constituent une base importante de ses électeurs.

Si l'électorat de Ron Paul se portait majoritairement sur Bob Barr, très populaire aux Etats-Unis, ce qui est arrivé en 2000 à Al Gore pourrait arriver à John McCain, d'autant que malgré les divisions actuelles du Parti Démocrate la mobilisation y reste beaucoup plus importante. Lors d'une soirée de levée de fonds prévue en ce week-end de Memorial Day, en présence de George W. Bush et John McCain, la réunion qui était ouverte à la presse a été déplacée dans un lieu fermé car tous les tickets n'avaient pas été vendus.

 

Robert Barr, un maverick

 

Robert Barr, né en 1948, est un avocat, représentant de la Géorgie jusque 2003. Il a été l'un des fers de lance de la tentative d'impeachment de Bill Clinton lors de l'affaire Lewinsky. Il a rejoint le Parti Libertarien en 2006 après avoir été un critique virulent des mesures de George W. Bush après 2001 qui ont réduit les libertés civiles. Défenseur du laissez-faire en matière éconmique, il s'oppose comme Ron Paul à toute intervention des Etats-Unis en terme de politique étrangère et au niveau économique. Il est partisan d'une vente libre des armes et opposé à l'avortement, alors que la plupart des libertariens sont pro-choice. Il reste cependant très populaire au sein du parti et devrait toucher une très grande partie de l'électorat de Ron Paul.

 

Sa décision de se présenter à l'investiture est assez tardive et c'est seulement le 5 avril qu'il a créé une commission exploratoire qui a étudié les différentes possibilités qui s'offraient à lui, suite à une demande grandissante de la part des militants. Un sondage Rasmussen le crédite de 6% des voix, contre 4% pour Ralph Nader, 38% pour John McCain et 42% pour Barack Obama. Il pourrait donc jouer le rôle de trouble-fête dans cette campagne.


Source: Mediapart.fr

Commenter cet article