Israël: Carter lâche une bombe

Publié le par Hamid Kelley

Par Maud PIERRON (avec Reuters)
leJDD.fr


 Israël possède au moins 150 armes atomiques. C'est Jimmy Carter qui a fait cette déclaration choc en marge d'un salon du livre au Pays de Galles dimanche, alors que l'Etat hébreu a toujours refusé de communiquer sur son arsenal nucléaire présumé. C'est la première fois qu'une personnalité américaine de premier plan, un ancien président, confirme ainsi l'existence de telles
armes.


"Les Etats-Unis ont plus de 12 000 armes atomiques, l'Union soviétique (la Russie) environ le même nombre, la Grande-Bretagne et la France en ont plusieurs centaines et Israël en possède 150 ou plus". Voilà les propos qu'aurait tenu Jimmy Carter devant des journalistes lors du salon du livre de Hay, dimanche au Pays de Galles, selon l'agence de presse Reuters. L'ancien président a lâché cette déclaration alors qu'il était interrogé sur l'arsenal nucléaire de l'Iran.

C'est la première fois qu'un président des Etats-Unis admet ainsi ouvertement que l'Etat hébreu, allié stratégique de Washington au Proche-Orient, dispose de l'arme nucléaire. Les responsables israéliens n'ont en effet jamais reconnu posséder un tel armement. Une position suivie par les gouvernements américains d'année en année, même si pour les spécialistes, l'existence d'armes atomiques en Israël est avérée. Ni Israël, ni les Etats-Unis n'ont encore réagi à ses propos.

Carter était en tournée au Proche-Orient en avril

Si l'on ne connaît pas le but poursuivi par Carter en lâchant de telles déclarations, on ne peut que noter son implication grandissante ces derniers temps dans le conflit israélo-palestinien. Le mois dernier, malgré les réserves de l'administration Bush et d'Israël, il était parti en tournée au Proche-Orient dans le but d'y faire avancer les négociations de paix. Il avait notamment rencontré à deux reprises le chef politique du Hamas, Khaled Méchaal, en exil à Damas. Il avait ensuite affirmé que les dirigeants du Hamas lui avaient dit qu'ils étaient prêts à signer un accord de paix avec Israël, négocié par le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à la condition qu'il soit approuvé par les Palestiniens lors d'un vote.

"Ils ont dit qu'ils accepteraient un Etat palestinien dans les frontières de 1967 si les Palestiniens donnaient leur approbation (...) même s'ils pouvaient être en désaccord avec certaines dispositions de l'accord", avait-il résumé. Et ils "accepteraient le droit d'Israël à vivre en paix comme voisin", avait-il ajouté. Une avancée a priori significative vite démentie aussitôt par le chef du Hamas, Khaled Mechaal, qui peu après, assurait que le Hamas ne "reconnaîtra pas l'Etat d'Israël". Des propos qui avaient sonné l'échec de la mission de l'ancien président au Proche-Orient et quelque peu décrédibilisé l'ancien président.

Commenter cet article