LES CHANTS DE CHRYSANTHEME

Publié le par Hamid Kelley


Le vent de la liberté se fera sans or ni argent,


La cassure des chaines est à porté de main.

Pères, mères, frères, hommes,

Ils y sont ces frères chantant nos psaumes,

Ils vont y aller ce soir ou demain,

Avec courage, à la chaire de nos paumes.

Demain oui, au petit matin,

Sinon le soir au crépuscule des chaumes.

Le vent de la liberté est glande de paix et vertu,

A nos sœurs et mères il faut rendre l’honneur perdu.

La casse d’une noix ne se fera jamais sans peine,

Sœur, frère je viens te rendre l’humilité Hellène.

Tant d’injustice à nos rancœurs rassasiées,

Que même trop de vaines en soient spoliées.

Cette fois ci, feux, étincelles, et braises,

Au pire la déesse de la fournaise.

Le vent va souffler encore à nouveau,

Pour nos martyrs des lauriers sur les tombeaux.



MAHAMAT ASSILECK HALATA 





Commenter cet article