Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Général Mahamat Ali Abdallah, malade ?

Publié le par Hamid Kelley

Par Beremadji Félix / Tchadactuel

Le général, ministre de la défense de 50 jours et malgré tout fidèle serviteur de Deby est malade. Vous vous rappelez, durant les événements de février le général était au four et au moulin, Deby ayant été abandonné par ses militaires en débandade et ses proches parents. Une fois, le danger écarté, et le général Mahamat Ali prenant de l’importance au sein des militaires, particulièrement zaghawa, alors Deby a fait appel à sa potion magique qui fait mourir à petit feu.

C’est ainsi que le Général Mahamat Ali a été empoisonné. D’ailleurs même lors de l’empoisonnement de Mahamat Nour, des bruits couraient que M. Ali a aussi eu sa petite portion. Ainsi, quelques temps après, comme Mahamat Nour, il avait été évacué en France et revenu sans avoir retrouvé sa santé. Il devrait revenir dans les prochaines semaines à Paris pour un long séjour.

Camp des refugiés de Dougouba, pris entre deux feux adverses sous le nez et à la barbe de l’Eufor ! Des éléments armés à bord de 5 véhicules commandés par le célèbre coupeur de route et mercenaire Djibrine Teck se rendent au camp des refugiés de Dougouba (Iriba) le 25 mai 08, pour célébrer un mariage et se sont retrouvés nez à nez avec des éléments de MJE venus récupérer des blessés de l’opération d’Omdurman. Teck demande à ce qu’on lui remette tous les véhicules du MJE et un non catégorique fut la réponse de l’autre coté. Un échange des tirs s’en est suivi. 7 civiles refugiés dont une petite fille de 12 ans ont été blessés ; on ne connaît pas encore le bilan du coté militaire. Les éléments du MJE ont fui pour se refugier auprès de la garnison militaire tchadienne qui se trouve à quelques KM du camp des refugiés ; Teck les a poursuivis jusqu’à l’intérieur du camp avant de battre en retraite. Les militaires tchadiens, d’abord affolés, croyant à une attaque des rebelles, se sont ressaisis et se préparent pour poursuivre Teck.

« La mission de l’Eufor est de protéger les refugiés et les humanitaires », clame haut et fort la francafrique. Un humanitaire fut assassiné par des coupeurs des routes, il y a de cela un mois, aujourd’hui des combats se déroulent à l’intérieur du camp par des hommes armés venus de l’extérieur, des refugiés sont blessés. Mais point d’Eufor. Alors qu’on la voit partout au Tchad, sillonner les villages et autres puits, surtout à l’est, loin des camps des refugiés, à la recherche des informations sur les rebelles. Drôle de mission de protection !

Beremadji Félix
N’djaména

Commenter cet article