Déclaration de l’UFDR - RCA

Publié le par Hamid Kelley

Communiqué

Par Kombo Justin


              Déclaration de l’UFDR No 0074/RCA/QG/22/06/2008/BR

Accords de paix et Dialogue Politique National Inclusif en République Centrafricaine UFDR


                                 Qui veut la paix parle à son ennemi.
                                                 Adage militaire


Bria (RCA), le 22 juin 2008 - Le Chef d’État-major Général de l’Union des Forces Démocratiques et du Rassemblement RCA (UFDR-RCA), le Colonel Oumar M’Betibangui prend acte des pourparlers politiques récents de haut niveau entre nos Leaders politiques et le Gouvernement centrafricain actuel et salue le courage de ces dirigeants qui se sont rencontrés pour dégager les éléments d’un véritable accord de paix menant au dialogue politique national inclusif qui permettra la faisabilité effective du Dialogue tant attendu et voulu par toutes les forces vives du pays.


Le Chef d’État-major Général de l’UFDR-RCA alerte l’opinion nationale et internationale quant à l’Accord de paix global en République centrafricaine du 21 juin 2008 à Libreville (Gabon) sous les hauts auspices du Président Gabonais El Hadj Oumar Bongo Ondimba et fait le constat suivant :

1. La rencontre récente au haut niveau, à Cotonou au Bénin, entre nos Leaders politiques et le Gouvernement centrafricain visait la signature d’un Accord de cessez-le-feu immédiat entre les deux parties. Malheureusement, cette signature n’a pas eu lieu à cause de l’intransigeance injustifiée du Gouvernement centrafricain. Ce geste de trahison national confirme que Bozizé ne veut ni l’Accord de cessez-le-feu, ni l’Accord global de paix et par conséquent, il n’en veut pas du dialogue politique national condition sine qua none pour la sécurité publique, la réconciliation nationale, la paix effective qui permettra à notre peuple de se mobiliser pour le chantier de son développement durable et soutenable.

2. L’esprit de mauvaise foie ou la caducité de l’Accord de Libreville signé entre le Gouvernement centrafricain et l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) de Me Demafouth et M. Zakaria Damane le conseiller personnel du Président Bozizé pour représenter l’UFDR-RCA. Avouons que c’est quand même bizarre !

3. Ce jeu de la petite politique vient confirmer clairement non seulement le manque de vision et de patriotisme, l’irresponsabilité, le désengagement, l’inefficacité et l’incompétence de François Bozizé, son gouvernement, ses acolytes et ses conseillés, dont les intérêts pécuniaires sectaires individuels priment sur l’intérêt national, leur acharnement à se cramponner au pouvoir pour que notre pays continue à faire la manchette des pays mal gouvernés, très pauvres et lourdement endettés.

Le Chef d’État-major Général de l’UFDR-RCA informe l’opinion nationale et internationale que le Corps militaire de l’UFDR-RCA dans nos bases nationales répond et exécute les décisions de la Haute autorité politique de l’UFDR.


La Haute autorité politique de l’UFDR et son Chef d’État-major Général remercient l’œuvre entamée de Son Excellence El Hadj Oumar Bongo Ondimba, le Gouvernement du Bénin, les autres pays impliqués et l’EUFOR pour la paix dans notre pays la République Centrafricaine.


Comme le Comité préparatoire décrété par Bozizé est exclusif dès le départ, son Dialogue politique ne pourra jamais être inclusif. En d’autres termes, Bozizé refuse sciemment au peuple centrafricain son Dialogue Politique Inclusif de salut national.


L’UFDR tend toujours la main à toutes les forces vives nationales pour la tenue du Dialogue politique national véritablement inclusif et sollicite à nouveau les hauts auspices de Son Excellence, El Hadj Oumar Bongo Ondimba, malgré son lourd calendrier, de ne pas se fatiguer et de convoquer à nouveau les Centrafricains à la Table Ronde ultime de négociation de paix.


Le Colonel Oumar M’Betibangui
Chef d’État-major Général, UFDR-RCA

E-mails :justin.ufdr@yahoo.fr

 

 

Commenter cet article