La bataille d'Am-Zoer : Une victoire revendiquée par les deux camps mais fêtée avec faste par Deby. Et la lutte continue pour l'AN

Publié le par Hamid Kelley

Revue de presse nationale du 23 au 29 juin 2008

Par Dokalyo Alphonse, Cefod.org et Tchad&Culure


Une victoire fêtée avec faste :
« Le triomphe de Déby » titre l’observateur daté du 25 juin 2008. Notre confrère qui a couvert une marche de soutien au chef de l’Etat organisée, à la place de l’indépendance de N’Djaména, le 21 juin dernier par le MPS et ses alliés, rapporte que « le président Déby et les militants du MPS n’ont manifestement pas le triomphe modeste. Discours enflammés et manifestations de soutien, tout y est pour montrer en face du monde que le gouvernement a remporté une victoire décisive sur les rebelles », le 17 juin à Am-Zoer. Le journal souligne qu’à Abéché, 20 juin aux environs de 21 heures, les militaires revenus d’Am-Zoer, manifestaient leur victoire en tirant des coups de feu nourris semant la panique au sein de la population qui se terre chez elle. Ces mêmes salves victorieuses ont été entendues dans plusieurs localités de l’est, ajoute-t-il.

« Le MPS et ses alliés disent non à l’agression soudanaise », telle est la Une du journal Le Temps dans sa livraison du 25 juin. Le Temps qui a aussi couvert l’évènement révèle que les militants étaient sortis nombreux pour apporter leur soutien au président de la République face à ce qu’ils appellent l’agression soudanaise contre le Tchad. L’hebdomadaire ajoute que sur les banderoles, on pouvait lire entre autres : « Merci au président Idriss Déby pour le sauvetage de notre pays ». « Non à la provocation d’El Béchir, nous soutenons et soutiendrons toujours le président Déby. ». Le chef de l’Etat a déclaré à cette occasion, « qu’il ne laisserait jamais le Soudan et ses mercenaires compromettre les institutions démocratiques du Tchad », rapporte L’Observateur. Les rebelles ne renoncent pas à la guerre.


La lutte continue


Ali Gueddei, porte parole de l’alliance rebelle, cité par L’Observateur, déclare que « la bataille n’a rien de décisive. C’est un truc pour remonter le moral de leurs troupes. Nous continuons la lutte. L’objectif reste N’Djaména ». Dans le même journal, le chef de l’alliance nationale, Mahamat Nouri crie victoire. « Nous revendiquons la victoire, c’était une grande bataille où les pertes étaient conséquentes de part et d’autre, mais le gouvernement a perdu au moins deux fois plus d’hommes. », renchérit-t-il.

Mais, en recoupant diverses sources notre confrère confirme que « les forces gouvernementales ont infligé une défaite importante aux rebelles qui ont dû se replier sur leur base arrière du Soudan ». Toutefois, il serait naïf de croire que la rébellion est finie. Elle va sans doute se reconstituer pour programmer des nouvelles offensives. L’est restera un brasier ardent, tant qu’El Béchir et Idriss Déby continueront à se faire la guerre par rebelles interposés, tant qu’ils refuseront de s’engager dans un vrai processus de paix, avertit-il.


Khartoum torpille la paix


« Le Soudan ne veut pas de la paix », titre Le Progrès du 25 juin. Le quotidien souligne qu’au moment où se tient à Brazzaville, la troisième réunion du groupe de contact chargé de la mise en œuvre de l’accord de paix de Dakar, « qu’est intervenue la 28ème agression de notre pays par les mercenaires à la solde du gouvernement soudanais. ».


L’appel à la réconciliation


« L’appel à la paix », telle est la manchette de N’Djaména Bi-Hebdo daté du 26 juin. Le caricaturiste du bi-hebdo montre Déby armé d’un pistolet, lance cet appel : « la paix n’a pas de prix. A vous mes frères qui êtes manipulés par le Soudan pour détruire votre pays, je vous demande de rentrer chez vous ».

« L’amnésie collective », s’exclame l’éditorialiste du même journal, qui « pensait que l’occasion était belle pour annoncer le renvoi de la force européenne du territoire tchadien. Mais non. Ni dans les discours des dirigeants, ni dans les recommandations des manifestants de cette marche, l’on a décelé le moindre mot hostile à l’encontre de l’Eufor. Au lieu des invectives contre cette force, Déby Itno a plutôt réaffirmé son intention de respecter l’accord de Syrte convenu entre le gouvernement et les mouvements rebelles si ceux-ci sont disposés à faire la paix ». Il se demande : « on ne saura peut être jamais ce qui s’est passé, mais l’on notera par cette amnésie collective que le coup de gueule du chef de l’Etat contre l’Eufor n’a été que de la surenchère, certainement mal accueillie par les Européens ».

Aussi, relève l’éditorialiste, face à la disponibilité réaffirmée de Déby à respecter l’accord de Syrte et le passage du président de la RDC à N’Djaména, certains ont cru que les Européens ont certainement fait passer un message à Déby Itno. D’autres ont même affirmé que Kabila serait venu proposer à Déby Itno d’essayer la formule de 1+4, c’est-à-dire, un président de la République et quatre vice-présidents utilisée par la République Démocratique du Congo lors de sa période de transition. Or, Déby Itno ne veut pas entendre parler de la transition. Ce qui annule les chances de l’application de cette formule au Tchad, pourtant en quête de paix, conclut-il.

De son côté, L’observateur mentionne que « l’alliance est disposée à engager des pourparlers de paix avec le gouvernement tchadien, tout en rejetant les accords de Syrte ».


De gros moyens déployés


L’observateur qui cite le ministre de la Communication, a annoncé que le gouvernement a déployé de gros moyens pour venir à bout des rebelles. « Quand le gouvernement achète des armes c’est pour gagner », a laissé entendre Mahamat Hissein. Toutefois le journal n’a pas donné le montant des dépenses effectuées, mais il parle du « gâchis ! ». Cela au grand dam du peuple tchadien qui ne bénéficie pas réellement des retombées du pétrole, a-t-il ajouté.


La France vole au secours du Tchad


« L’Assemblée nationale française secourt le Tchad », titre le quotidien Le Progrès du 24 juin qui informe que l’Assemblée nationale française vient d’offrir, une cinquantaine d’ordinateurs équipés d’onduleurs. Ce don a été facilité par les présidents des groupes d’amitié France-Tchad des deux Assemblées nationales. Le lot de matériels informatiques a été remis officiellement par la présidente du groupe d’amitié France-Tchad, Mme Hostalier Françoise à M. Nassour Guélendouksia Ouaïdou. Ce don fait suite à la demande d’assistance formulée par l’Assemblée nationale du Tchad, durement touchée lors de l’attaque de N’Djaména des 2 et 3 février 2008, précise notre confrère.

Les agences de voyage prises d’assaut

« Le boom voyageur », titre le Bi-Hebdo du 25 juin, qui relève que « ces derniers temps, les agences de voyage enregistrent une montée en flèche du nombre de leurs clients ». Le journal explique : « craignant l’arrivée des rebelles à N’Djaména, nombreux sont les citoyens qui ont embarqué pour des destinations sures ».

CEMAC : marche à reculons

« Une intégration à reculons », écrit l’éditorialiste de N’Djaména Bi-Hebdo du 25 juin qui constate qu’« année après année, la CEMAC se retrouve confrontée aux mêmes problèmes qui freinent des quatre fers l’intégration de cette région aux potentialités énormes. « Depuis au moins trois rencontres annuelles, on parle de la libre circulation des biens et des personnes sans que le dossier ait connu un début de concrétisation. En écho la mise en circulation du passeport sous régional tire en longueur ; on attend toujours de voir le pavillon Cemac sillonné l’espace aérien sous régional. », évoque le journal qui, d’ailleurs, note qu’aucun des chefs de la communauté économique et monétaire, réunis à Yaoundé du 25 au 26 juin pour le 9ème sommet, n’osera pointer du doigt les raisons qui retardent l’intégration.

Festival International des Femmes artistes

« Une messe des femmes artistes », titre N’Djaména Bi-Hebdo du 25 juin, qui annonce que depuis le 16 juin dernier, N’Djaména accueille la deuxième édition du Festival International des Femmes artistes (Fifar) venant du Bénin, du Burkina faso, du Cameroun, du Congo Brazza, du Gabon, du Niger, de la République centrafricaine, de la Côte d’Ivoire et du Tchad.

 

Alphonse Dokalyo





Source : Cefod.org


Commenter cet article