Tchad: un employé du CICR blessé par balle

Publié le par Hamid Kelley

N'Djamena (CICR) – Un employé du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a été blessé par balle samedi 26 juillet à Abéché, lorsque des hommes armés, dont certains portaient l’uniforme militaire, ont intercepté son véhicule.

L'incident s'est produit vers 19h45, aux abords du quartier où résident les délégués du CICR. Après avoir quitté la sous-délégation du CICR à Abéché, les deux véhicules, avec à leur bord deux délégués du CICR, ont été interceptés par plusieurs hommes armés de fusils d'assaut. La personne à bord du second véhicule a été atteinte par une balle. Elle a été transférée immédiatement à l'hôpital du contingent italien de l'EUFOR à Abéché où elle a été opérée dans la nuit. Dimanche 27 juillet au matin, elle a été évacuée vers la Suisse pour un suivi médical. Ses jours ne sont plus en danger.

Ce grave incident est la dernière manifestation de l'insécurité croissante qui règne depuis plusieurs mois dans l’est du Tchad, où des personnes, et plus seulement des biens, sont de plus en plus souvent prises pour cibles. Cette violence est encouragée par l'impunité totale qui règne à l'Est du pays.

« Cette attaque nous a tous fortement secoués, et nous souhaitons avant tout soutenir notre collègue et sa famille dans cette épreuve. Mais il faut voir que cette insécurité qui nous touche directement aujourd'hui est le lot quotidien de milliers de civils tchadiens », explique Catherine Deman, cheffe de délégation du CICR à N'Djamena.

Les équipes du CICR travaillant au Tchad sont très choquées par cet incident. La délégation du CICR a pris contact avec les autorités civiles et militaires, au plus haut niveau, pour demander qu'une enquête sérieuse et approfondie soit ouverte et qu’elle soit tenue informée de ses progrès. La manière dont cette enquête sera menée témoignera de la volonté des autorités tchadiennes d’enrayer cette vague d’insécurité dans l'est du Tchad.

« À la suite de cet incident, et sur la base de nos discussions avec les autorités tchadiennes, nous allons réfléchir à la manière de poursuivre notre travail en faveur des victimes des conflits et de la violence au Tchad », continue Catherine Deman. Le CICR est présent dans toute la région : en plus de la sous-délégation d'Abéché où s'est produit l'incident, il dispose d'un bureau à Goz Beida et de sept bases situées dans la bande frontalière.

Le CICR rappelle qu’en vertu du droit international humanitaire, les personnes participant à des activités de secours doivent être respectées et protégées contre tout acte de violence et que les véhicules arborant l’emblème de la croix rouge, ainsi que leurs occupants, bénéficient en outre de la protection que confère cet emblème.



Informations complémentaires :
Inah Kaloga, CICR N'Djamena, tél. : +235 620 10 05
Anna Schaaf, CICR Genève, tél. : +41 79 217 32 17
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article