Mansour Abbas: JAMAIS UN SANS DEUX (à propos de la liste d'Ousman Hissein)

Publié le par Hamid Kelley

                                       JAMAIS UN SANS DEUX
J’ai lu avec intérêt l’article du frère Ousmane HISSEIN intitulé « Pourquoi les dirigeants des forces de la résistance nationale piétinent pour faire l’unité», dont je partage certains points.

Je ne doute nullement de la capacité des frères cités à être « un dirigeant fédérateur par consensus». Toutefois, je me suis posé quelques questions que je voudrais partager avec vous :
 

1/ Au sujet du congrès, vu le caractère fortement tribal des groupes armés,

-          qui seront les congressistes ? qui les choisit ? comment ?

-          que représentent ces congressistes par rapport à toute l’opposition ?

-          que représentent ces congressistes par rapport au peuple tchadien ?
 

2/ Le vrai dirigeant fédérateur :

-a-t-il nécessairement besoin d’être à la tête de l’organisation à mettre en place ?

-doit-il nécessairement être issu des groupes ethniques majoritaires dans les maquis de l’est ?
 

3/ Pourquoi le nom d’aucun « sudiste» ne figure sur la short List ?
 

4/ Pourquoi aucune femme n’est sur la short List ?
 

Et pourtant, d’autres valeureux fils et filles du Tchad se battent pour un véritable changement au Tchad ; je pense entre autres à : colonel Djibrine Dassert, colonel Michel MBailemal, Docteur Nahor, Annette Laokolé.

Je tais volontairement d’autres noms, puisque « nous» semblons croire qu’il faut absolument un guérillero à la tête de l’organisation qui se veut pourtant politico-militaire.

Si notre objectif est de sauver le Tchad, confions sa gestion à des hommes capables, même s’ils ne sont pas issus des groupes musclés de l’est.

 Pour une transition responsable, je me permets de proposer deux frères dont l’intégrité et la compétence sont notoirement connues ; il s’agit de :

-          BEDOUMRA   de la BAD ;

-          ADOUM  MALLOUM de la BDEAC ;

Je vous remercie

MANSOUR  ABBAS

 

JAMAIS DEUX SANS TROIS ???

source: lyadish

Commenter cet article