Tchad: 48 Ans après, Nous sommes toujours des assiégés

Publié le par Hamid Kelley

C'est aujourd'hui le jour de l'indépendance au Tchad. Hier, on commémorait le jour de la résignation du peuple tchadien face au vol de son vote .


Transition ardue s'il en est ! Hier, les journalistes et reporters ont participé, chacun de son côté, à des cérémonies dédiées à une bataille spécifique, à une action au cours de laquelle chacun de nous a perdu sa voix , son vote. Dans certains cas, il s'agissait d'une bataille à laquelle nous avons nous-mêmes participé et lors de laquelle le «hasard » a voulu qu'on soit les perdants .

Le hasard et seulement lui. Lorsque, le 11 Août 1960, le protocole d'indépendance a été signé, la joie était immense ; car, dans l’esprit des jeunes idéalistes et démesurément optimistes de cette époque, le plus difficile étant fait, tous leurs objectifs allaient être atteints.Aujourd'hui, quarante-huit ans après, je prends la mesure des erreurs d'appréciation et de l'excès d'optimisme de cette jeunesse.Le Tchad a accompli des pas immenses en arrière. Le projet d'unité a fait du sur place au point qu'il n'y a plus que quelques nostalgiques pour y croire.

Dans ce Tchad qu’on fête l’Indépendance ce 11 Aout , la liberté de la presse, alors balbutiante, a disparu. Les femmes ont jété leur pagne pour se mettre devant les hommes enfin de sauver la famille toujours vulnérable aux divorces et éclatements. La corruption "démographique" et les dépenses militaires ont freiné l'effet des efforts économiques.Le désenchantement des Tchadiens à ce sujet est d'autant plus grand que les pas non négligeables accomplis par nos ainés dans certains domaines ne rencontrent que méconnaissance, critiques et dénigrement.

La femme tchadienne par-contre a accumulé de grands acquis,elle s'est débarrassée de plusieurs de nos traditions ancestrales néfastes et a forcé l'économie à évoluer vers la modernisation, même si elle reste fragile et ses résultats insuffisants. Si aujourd’hui nous écrivons, c’est parceque la femme tchadienne a ajouté à son rôle traditionnel,le commerce informel pour que nous partions à l’école l’estomac pas vide sinon , nous aurons passé toute une jeunesse sans jamais être rassasié.

Ceux qui insistent sur les difficultés économiques que rencontre la classe moyenne et, a fortiori, les couches sociales les plus défavorisées, ont raison ; d'autant que je pense que les atouts tchadiens auraient pu permettre une croissance à deux chiffres s'il n'y avait pas du népotisme, de la corruption et du gaspillage, si la justice était indépendante et les investisseurs de l'intérieur et de l'extérieur plus confiants, si les choix économiques étaient plus justes et la gestion plus volontariste, plus courageuse et plus responsable. Aujourd'hui, ce devait être un jour de fête dans tout le pays qu‘une liesse amère.Honneur et respect au peuple tchadien qui, en dignité et en courage, a sué sang et vaillance pour honorer la rançon d'Indépendance.

Hommage aux femmes qui, par leur travail invisible et gratuit, ont apporté leur part à ce tribut inqualifiable.

Honneur aux jeunes tchadiens de cette époque qui affrontèrent un destin rétréci, privés d'éducation et de tous les bienfaits qu'aurait offert le travail de leurs parents s'il n'avait été confisqué.

Honneur et respect aux jeunes tchadiens qui pour le désir de voir le Tchad changé un jour affrontent l’adversité de la nature avec les armes dans les mains ou avec diverses formes de moyens. Ils sont conscients qu'ils peuvent être un phare pour l'avenir du Tchad si leur courage et leur audace enfantent victoire.

Honneur et respect pour les femmes, les mères ou les soeurs des refugiés, des éxilés, des politico-armés qui toisent le danger, apprivoisent la peur et relèvent leurs hommes, maris ou frères lorsqu'ils vacillent.

Je m'incline devant la bravoure avec laquelle, jour après jour, obstinément, vous arrosez la certitude hardie que la liberté, la justice, la solidarité, la vie dans son coeur de cristal, refleuriront tantôt.

Tous ceux qui tournent le regard vers ce pays plongé au Coeur de l’Afrique avec respect et bienveillance, retrouvent en vous, les dignes descendants des Sao,ces géants de tous les talents qui, à chaque génération, ont sculpté dans le granit de la mémoire du monde les contours du pays qu’ils nous ont cédé.

Que cette 48ème fête de notre indépendance; resplendisse de nos espoirs et de notre force pour que reviennent des jours ensoleillés de joie et de bonheur.

Pour chacun et pour tous. Vive le Tchad nouveau qui viendra bientôt au prix de notre union face aux dangers communs.

Par Félix Ngoussou
Fondateur du Site tchadforum.com
info@tchadforum.com
source tchadforum
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article