A Denver, Barack Obama électrise la convention démocrate

Publié le par Hamid Kelley

Le sénateur de l'Illinois, officiellement investi par les siens, s'est invité sur scène mercredi soir. Auparavant, Bill Clinton lui avait apporté son soutien.

C'était la surprise du chef. Mercredi soir, à 21 heures précises (heure de Denver), un grondement est venu de la foule. Sur scène, Joe Biden, le colistier vient de terminer son discours et soudain derrière lui apparaît Barack Obama. C'est la première fois que le sénateur de l'Illinois se montre au Pepsi Center. Sous les cris des délégués en délire, il remercie Biden et toute sa famille. «Durant cette campagne nous avons une idée; c'est que le changement doit venir d'en bas et non d'en haut. J'invite tout le monde à nous rejoindre pour reprendre l'Amérique», lance-t-il, avant de donner rendez vous pour son discours de jeudi soir.
Une avant-dernière journée en forme de quasi sacre pour Obama, qui a finalement été choisi officiellement par les démocrates à Denver, tandis que Bill Clinton décidait, après son épouse, d'apporter un soutien inconditionnel à son ex-rival. Accueilli comme une rock star, l'ancien président a pu savourer un long moment sa popularité auprès de son parti avant de de prononcer une première phrase en forme d'allégeance : « Je suis là pour soutenir Barack Obama ». Durant son intervention, Clinton prononcera des dizaines de fois le nom du sénateur de l'Illinois. «Hillary vous a dit hier qu'elle ferait tout son possible pour faire élire Barack Obama, et je ferai de même», a encore souligné Clinton. «Après huit ans à la Maison Blanche, je suis sûr qu'Obama est l'homme qu'il nous faut, celui qui reconstruira le rêve américain et restaurera le leadership de l'Amérique à l'étranger».

Plus tôt, à 16h40, le Pepsi Center a été pris d'un vent de folie. Musique à fond, les délégués se sont soudain animés, entamant une danse effrénée en l'honneur de celui qu'ils appellaient déjà «le prochain président des Etats-Unis». Les démocrates venaient officiellement de choisir Barack Obama comme leur candidat à la Maison Blanche. Un moment historique faisant du sénateur de l'Illinois le premier Noir à pouvoir prétendre à la présidence des Etats-Unis.

Le vote marquait aussi la fin de guerre larvée avec Hillary Clinton qui avait entaché les premiers jours de la convention. Comme un symbole, c'est d'ailleurs la sénatrice de New York qui a appelé à interrompre les votes pour nommer Barack Obama par acclamation. Jusque là, le vote s'était déroulé en respectant l'ordre alphabétique des délégations. Une fois le tour de la délégation new-yorkaise venu, Hillary Clinton a pris la parole. «Avec les yeux fermement tournés vers le futur, et dans un esprit d'unité avec pour seul objectif la victoire, avec une foi inébranlable dans notre parti et notre pays, déclarons ensemble, avec une seule voix, que Barack Obama est notre candidat et sera notre président», a-t-elle lancé. Provoquant aussitôt un déclenchement de cris d'enthousiasme dans le Pepsi Center.

Ne restait plus alors à Joe Biden, choisi par Obama comme vice-président, qu'à clore la soirée, en racontant sa propre histoire. Celle d'un gamin de Scranton venu d'un milieu modeste et qui, avec Obama, croit toujours «au rêve américain». «Bush a enterré les Etats-Unis dans une ornière et on n'a pas beaucoup d'amis pour nous aider à nous en sortir», a-t-il déploré.


source:Liberation

Commenter cet article