Tchad : Deby déménage, l’armée suit.

Publié le par Hamid Kelley

L’imminence des combats avec la rébellion contraint IDI à mobiliser ses troupes à l’Est. Dernier sursaut ? La capitale N’djamena est une ville fantôme. Militaires, paramilitaires, la cité se vide. La milice de Deby soutenue par des douaniers, agents des eaux et forêts, Agence Nationale à la Sécurité, le tout – uniforme convergent vers l’Est. Des véhicules de l’armée aux Toyota des particuliers, une file d’engins se dessine dans les zones arides d’Abéché. Fait inédit : IDI a mobilisé l’essentiel de ses troupes pour l’affrontement fatidique du mois d’Octobre. Le morale sous les bottes, le chef suprême de la milice de N’djamena a pris la précaution d’évacuer en lieu sûr les membres de la famille présidentielle. Un ver de scotch par ci, une crise de colère par là, l’atmosphère est lourde au palais rose. Ouvertement Deby a tancé le cercle des Itno. Parents, enfants, les membres de la famille Itno ont essuyé les sauts d’humeurs d’Idriss Deby. Il en appelle à la mobilisation de tous, « la menace rebelle est réelle » a-t-il lancé avant de foudre dans les couloirs. Surpris ? Deby n’est pas pris de court par les manœuvres qui se trament près de la frontière avec le Soudan. Nouri et Timan avaient annoncé le glas d’octobre. Les signes et les alertes donnés par l’ambassade de France à ses ressortissants confirment que les services secrets du Quai d’Orsay sont au parfum des notes confidentielles qui circulent dans au sein de l’Agence Nationale de la Sécurité (ANS). A N’djamena, les diplomates français ont déjà distribué à la communauté française un plan d’évacuation. Les services secrets de l’Elysée laisse présage la suppression du réseau de télécommunication au cours des affrontements entre les mouvements anti-Deby et la soldatesque. Le plan d’évacuation des français résidants au Tchad confirme l’image de ville fantôme. Une psychose générale s’empare des artères de la capitale. L’administration, l’armée, les privilégiés plient bagages. La poudre d’escampette. Désemparés, les N’djamenois ne savent pas à quel saint leur sort est voué. Kousseri ? La frontière avec le Nigeria ? Quelle porte pour fuir les combats ? L’agitation noue l’esprit des tchadiens. Action militaire, la rébellion contre Deby ne vise pas le peuple tchadien. L’Alliance Nationale réitère que seules les troupes de N’djamena est la cible de son combat pour l’instauration d’une démocratie véritable.

 Par D.D de N’djamena-matin

Commenter cet article

Drew 07/10/2008 10:24

Mais à quoi servent les services secrets français au Tchad ?

http://ufdd.org/index.php?option=com_content&task=view&id=463&Itemid=1

hermes001.skyrock.com