Pamiers. Le 1er RCP sur le départ pour une mission au Tchad

Publié le par Hamid Kelley

La depeche: Armée. Les premières unités ont quitté Pamiers ces dernières heures.Les départs vont s'échelonner sur plusieurs semaines pour cette nouvelle opération extérieure.


Au quartier Beaumont, la vie n'est jamais longtemps monotone. Les hommes le savent. Ils ont d'ailleurs signé pour cela. Voilà donc nos parachutistes prêts à lever le camp, cette fois pour répondre à un ordre de mission au Tchad.

Les premières rotations ont débuté hier, direction N'Djamena, via la base d'Istres, dans le cadre du dispositif Epervier, activé depuis 1986. Les deux missions principales du régiment sur place seront d'une part d'assurer la sécurité des ressortissants français expatriés au Tchad et d'autre part de fournir unAu quartier Beaumont, la vie n'est jamais longtemps monotone. Les hommes le savent. Ils ont d'ailleue aide et une coopération dans le domaine de la formation militaire et du soutien technique à l'armée tchadienne. Le « régiment de l'Ariège » connaît bien ce territoire où il y a effectué plusieurs missions, dont une tout récemment, en 2006.

Le départ des Rapaces du 1er RCP se fera en plusieurs vagues.

Hier donc, la quasi-totalité de la 2e compagnie prenait les devants, sous les ordres du capitaine Galvan. Aujourd'hui, c'est au tour de l'état-major et du détachement de la compagnie de commandement de les rejoindre. Le 13 octobre, un départ du détachement de Tarbes vient grossir les rangs des Français. Et le 23 octobre, c'est au tour de la 2e section de la 2e compagnie, aux ordres du lieutenant Houette, d'arriver sur le sol tchadien, reconstituant la 2e compagnie au complet. En tout, ce sont 226 hommes du 1er qui seront au Tchad. Le dispositif français au Tchad comprend trois bases principales : les deux plus importantes sont celles de N'Djamena, à proximité de l'aéroport international, et celle d'Abéché, dans l'est du pays, aux confins du Darfour. La troisième base, à Faya-Largeau, dans la partie désertique au nord du pays, ne regroupe qu'une douzaine de permanents. En février 2008, l'armée française, face à la montée de violences dans la capitale tchadienne, avait dû procéder à l'évacuation de l'ensemble des 1 600 ressortissants européens et étrangers. Rappelons également qu'en février, deux compagnies du régiment étaient partieAu quartier Beaumont, la vie n'est jamais longtemps monotone. Les hommes le savent. Ils ont d'ailleus dans l'urgence à Libreville afin d'être prêtes à renforcer le dispositif français dans la capitale tchadienne.

Une mission d'une durée prévue de quatre mois qui amènera nos parachutistes à passer Noël dans la zone sahélienne pour revenir en février.


Le 1er RCP en opérations extérieures

Quelques retours sur les plus récents déplacements. En 2003 : mars, 138 hommes en République centrafAu quartier Beaumont, la vie n'est jamais longtemps monotone. Les hommes le savent. Ils ont d'ailleuricaine ; de juin à octobre, 194 hommes en Bosnie ; de juillet à novembre, 293 hommes au Gabon ; de septembre à novembre, 318 hommes en Côte d'Ivoire. En 2004 : de février à juin, 147 hommes en Côte d'Ivoire ; de mars à juin, 100 hommes à Haïti ; de mars à juin, 147 hommes au Gabon ; de mars à avril, 200 hommes au Kosovo et d'octobre à janvier 2005, 540 hommes au Kosovo. 2005 : d'août à novembre : 138 hommes en Nouvelle-Calédonie ; d'octobre à février 2006, 293 hommes au Gabon, dont 138 ont rejoint le Tchad en décembre. 2006 : de février à mai, 186 hommes en Afghanistan et dans la même période, 156 hommes au Tchad ; d'août à novembre, 138 hommes en Nouvelle-Calédonie, et d'octobre à mars 2006, 293 hommes au Gabon. 2007 : 437 hommes en Afghanistan sur l'opération « Pamir », 289 au Gabon et 317 hommes sont partis au Gabon et en République Centrafricaine sur l'opération « Guépard ».

Au quartier Beaumont, la vie n'est jamais longtemps monotone. Les hommes le savent. Ils ont d'ailleu

Commenter cet article