Insecurité grandissante: LES HUMANITAIRES SUSPENDENT LEURS OPÉRATIONS AU TCHAD

Publié le par Hamid Kelley

ST: INSÉCURITÉ, LES HUMANITAIRES SUSPENDENT LEURS OPÉRATIONS


Misna: En raison du climat d’insécurité et des nombreuses attaques subies, un nombre élevé mais imprécisé d’organisations non gouvernementales en activité dans l’est du Tchad a suspendu “temporairement" ses propres activités en faveur des déplacés internes et des réfugiés du Darfour voisin (Soudan occidental), qui vivent dans les camps situés dans l’est tchadien.

C’est ce que réfèrent des sources officielles des Nations Unies, citant une communication du Bureau pour la coordination des affaires humanitaires de l’Onu (Ocha), d’après qui au moins 120 attaques auraient visé des organisations humanitaires depuis le début de l’année. Le climat d’insécurité est alimenté, au-delà des mouvements armés antigouvernementaux ayant leurs bases dans l’est du pays et de l’armée déployée pour les combattre, par des groupes de bandits sévissant dans la zone frontalière.

La suspension des activités devrait surtout concerner les bureaux humanitaires de l’Onu et pourrait avoir des conséquences directes surtout sur le sort de quelque 37.000 évacués qui vivent dans les camps de Dogdoré et Adé, à la frontière avec le Soudan. Le travail des humanitaires est rendu encore plus difficile en cette saison de l’année par les fortes pluies qui, après les alluvions de l’été dans le sud du Tchad, créent actuellement des problèmes dans l’est.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article