Arche de Zoé : Breteau affirme que Kouchner et Sarkozy savaient

Publié le par Hamid Kelley

breteau

come4news: «J'ai été reçu par le conseiller politique de Bernard Kouchner, qui a trouvé l'idée très intéressante. Puis, je suis allé voir un conseiller de Nicolas Sarkozy à qui j'ai remis un dossier complet et qui m'a dit: "Banco, on va envoyer Cécilia Sarkozy". Par ailleurs, j'avais reçu un feu vert officieux du ministère de la Justice. Il était même prévu que, le 25 octobre, Cécilia Sarkozy et Rachida Dati se déplacent en personne pour accueillir les 103 enfants à l'aéroport de Vatry. Pour moi, il est donc clair que l'Etat français était parfaitement informé de nos intentions» : Eric Breteau, le fondateur de
l'Arche de Zoé, qui s'apprête à publier Les dessous d'une affaire d'Etat, ouvrage écrit en captivité, n'entend pas rester silencieux devant ce qu'il dénonce comme la duplicité des plus hauts représentants de l'Etat. Dans une offensive médiatique qui démarre par l'interview au Figaro dont les propos reproduits ci-dessus sont extraits, se poursuit par un passage sur les ondes de France Info pour finir hier soir au 20 heures de TF1, il réclame «la création d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion du dossier par les autorités françaises» et annonce vouloir attaquer en justice Rama Yade, la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme qui avait parlé en octobre d'une opération «illégale» et «irresponsable» : «Je suis résolu à porter plainte contre elle pour diffamation ainsi que pour atteinte à la présomption d'innocence, car elle s'est montrée indigne de sa fonction». Rachida Dati, censée d'après Breteau avoir été prévue, en compagnie de l'ex Madame Sarkozy, pour venir réceptionner les enfants à leur arrivée en France, a catégoriquement nié : «C'est totalement faux et infondé, je ne connais pas ce M. Breteau, je ne connaissais pas l'Arche de Zoé. Le premier contact que j'ai eu avec cette association, c'est lorsque j'ai demandé au parquet de Paris d'ouvrir une enquête préliminaire». Démentis également du côté de l'Elysée et du quai d'Orsay. Qui ment ? Breteau a-t-il vraiment rencontré, avant de lancer l'opération, des membres des cabinets du ministre des Affaires étrangères et du Président ?  Va-t-on finir par connaître la vérité dans cette affaire ?

Commenter cet article