Nocky Djedanoum, à la lisière du ridicule !

Publié le par Hamid Kelley

Nocky Djedanoum, à la lisière du ridicule !


L’écrivain est-il tombé plus bas que terre ? Le pétrodollar a des vertus exhilarantes, mais nous ne savons pas qu’il pouvait susciter des propos délirants. Lisez plutôt ce salmigondis de propos décousus et inopportuns que notre Nocky national a fait publier au quotidien Le Progrès. Dans l’espoir de quoi vous savez……


---------------------------------------
2 Premières dames de cœur, pour la paix au Tchad

Par Nocky Djedanoum – Le Progrès

Depuis juillet dernier, Hinda Déby Itno, la Première dama du Tchad, est entrée dans le cercle, à la fois hermétique et ouvert, des écrivains tchadiens, en publiant La main sur le cœur, un livre autobiographique qui prône la paix. Une première en Afrique francophone. Hinda Déby Itno se défend d’avoir écrit un livre politique. Le fait est qu’elle est parée du statut politique le plus élevé dans la gente feminine de notre pays. Le fait, aussi, est qu’il nous est impossible, à nous, écrivains tchadiens, d’évoquer la guerre et la paix sans une vision politique. Il n’y a pas de mal à dire que La main sur le cœur est un livre politique, même si son originalité est autobiographique. Nous invitons la première dame du Tchad à assumer le versant politique de son livre. Politique et littérature peuvent s’entremêler et se conjuguer à bon escient, pour le bien de notre pays, la paix en particulier.

La main sur le cœur est un livre qui peut changer le cours de l’histoire. L’auteure, Hinda Déby Itno, est à la fois secrétaire particulière du chef de l’Etat et son épouse, une personnalité politique de premier plan. Non seulement elle est engagée dans le social, mais elle peut jouer un rôle éminent pour que pour que la paix revienne dans notre pays. A condition de le vouloir et de faire bouger les lignes. Elle en a la capacité et le cran. Hinda Déby Itno, a dû traverser les nuits blanches de l’écrivain, retournant dans tous les sens, sa pensée et ses réflexions. Comment aborder la question de la paix dans un contexte politique et militaire aussi complexes ?

Cependant, l’écrivaine et première dame du Tchad ne peut, à elle seule, d’un coup de bâton magique et avec un livre en main, faire revenir la paix dans notre beau pays. Tout comme le chef de l’Etat, seul, ne peut ramener la paix. Bien que le couple présidentiel soit en première ligne, la question de la paix, gigantesque comme toutes nos montagnes réunies, doit être l’affaire de tous les Tchadiens. Nous ne devons pas avoir peur de partager notre réflexion avec le chef de l’Etat et toutes celles et ceux qui ont à cœur de bâtir la paix.

Sur le plan international, la Première dame du Tchad peut avoir une partenaire de taille. Elle s’appelle Carla Bruni-Sarkozy, la Première dame de France. Les deux femmes ont un destin croisé. La Tchadienne est écrivaine, la Française est musicienne. Toutes les deux ont offert au public – presque au même moment – leurs œuvres. Comme si de rien n’était, l’opus de Carla Bruni Sarkozy et La main sur le cœur ont été mis sur le marché en juillet. Mieux encore, les deux premières dames se sont engagées, chacune de son côté, à consacrer entièrement les revenus de leurs œuvres aux causes humanitaires. Autre coïncidence incroyable : Carla Bruni-Sarkozy est devenue la Première dame de France, le 2 février, pendant que Hinda Déby Itno se trouvait dans l’enfer au Palais rose. Et ce n’est pas tout. La première visite officielle de la Première dame de France a eu lieu, comme par hasard, à N’Djamena. La Première dame du Tchad lui a pris la main pour lui apprendre ses premiers pas sur le tapis rouge.

Pourquoi raconter tout cela ? Parce qu’une véritable paix au Tchad ne peut se faire sans le partenariat actif de la France. Imaginons que les deux grandes dames se rencontrent et décident de s’engager ensemble pour une paix définitive au Tchad. Imaginons qu’elles prennent l’initiative d’en parler avec leur époux, en les convainquant d’aller bien loin que ce qui a été fait jusque-là. Imaginons qu’elles s’entendent pour mobiliser les célébrités internationales afin de venir en aide aux réfugiés du Darfour et aux nombreuses personnes déplacées de l’Est du Tchad. Ces deux grandes dames-là, parce qu’elles sont des dames de cœur, sont une chance pour le Tchad et la France.

Nocky Djedanoum

Ecrivain et directeur de Fest’Africa

Naim (emikoussi@voila.fr)

Commenter cet article

Biographe 06/11/2008 20:59

utres coïncidences d'importance oubliées par Nocky le biographe des premières dames: elles sont toutes les deux des Azabat Koubar.

HINDA DEBY a baisé avec Brahim Deby avant d'épouser Deby président.

CARLA BRUNImlg a vécu avec l'éditeur littéraire Jean-Paul Enthoven, elle entame une liaison avec le fils de celui-ci, Raphaël Enthoven,

Ndouba 06/11/2008 08:57

Nocky voulait de l'argent, mais personne a N'Djamena ne l'a reçu. Alors, il a voulu jouer au griot pour soutirer quelques miettes de cfa à HINDA DEBY ITNO. Comme vous le dites, il est tombé bien bas.

_______________________

Lire:

Doute sur la tenue de Fest’Africa 2008 à N’Djaména

Selon L’Observateur, les N’Djaménois espéraient renouer cette année avec le festival Fest’Africa qui n’a pas eu lieu en 2007 mais malheureusement leur souhait ne sera pas exaucé. Le confrère a tendu le micro à l’initiateur de Fest’Afica, M. Nocky djédanoum qui exprime avec résignation : ‘‘J’étais venu à N’Djaména en juillet 2008 avant de repartir en France, puis je suis revenu en octobre pour faire en sorte que le festival puisse avoir lieu, mais au moment où je vous parle je n’ai aucune assurance. Je n’ai pu rencontrer le ministre de la Culture une seule fois et l’entretien n’a duré que 10 minutes