Deby : « ses barrettes et étoiles ethniques »

Publié le par WALDAR

 ZoomTchad: Pour freiner l’hémorragie de son armée consécutive aux désertions, Idriss Deby Itno distribue des barrettes et des étoiles selon des critères on ne peut plus clanique. Le Général Président se retrouve confronté à un problème insoluble. En effet, les vagues de désertion au sein de son armée « ou ce qui en tient lieu » ne cessent de dégarnir les rangs des unités combattantes. Ces migrants d’un genre particulier partent avec armes et bagages pour aller gonfler les effectifs de la Rébellion de l’Est tchadien. Ces départs ont, ces derniers temps et surtout depuis que l’ex Ministre de la Défense Mahamat Nouri  a renoué avec ses activités de vieux maquisard, pris de plus en plus d’ampleur ; et touchent principalement la communauté gorane. Deby, déjà fortement ulcéré et inconsolable quant à la tangente prise par son ex collaborateur, est on ne peut plus ébranlé et troublé. Pour freiner, faute de stopper le mouvement, il s’est essayé à attribuer, qui une confortable villa, qui une luxueuse 4x4 ou ailleurs une coquette enveloppe de millions…Sans résultat tangible. Tombent alors régulièrement et successivement, les décrets « élevant au rang et à l’appellation de… », décrets par lesquels le Général Président octroie généreusement et à bon compte les galons de Colonel, Général de brigade, Général de division.

La dernière cuvée de promotions, par sa caractéristique scandaleusement clanique, a fait sourire bien d’observateurs des méthodes de gouvernement Deby. Mais au fait, que valent ces morceaux de tissu et ces bouts de ferraille qui alourdissent inutilement les épaules rabougries d’hommes politiquement, moralement et psychologiquement réduits à l’état de zombie par un régime impitoyable, féroce et calamiteux. Idriss Deby Itno pense-t-il vraiment qu’il peut tromper son monde avec ce genre de procédés ? D’ailleurs, au Tchad, qui ne sait que même des personnes totalement étrangères à la chose militaire portent les barrettes de colonel ou les étoiles de général. N’est-ce pas Votre Eminentissime Monsieur l’Imam de la Grande Mosquée de Ndjamena et non moins Général de brigade, Elhadj Hassan Hissène Abakar ! Général de brigade sans brigade à commander, Général de division sans division à diriger, une véritable farce, et ces fichues « dignités » ne répondent à aucun statut particulier, ne donnent droit à aucun salaire et n’ouvrent aucune perspective de retraite. Des tocs destinés à ridiculiser, à humilier (avec le consentement tacite des intéressés). Deby a si peu de considération pour ses collaborateurs qu’il n’hésite pas un seul instant à les prendre pour des parfaits idiots, des demeurés dépourvus de raison et de bon sens. Au fait, dans l’affaire, qui est le porteur du bonnet d’âne ?


S’il est, par extraordinaire, imaginable que ces promotions de pacotille représentent tant soit peu un motif de satisfaction pour les bénéficiaires, alors nous nous permettons d’adresser, par pitié,  nos très chaleureuses félicitations aux bienheureux .......

Qui, par ses bras, tente d’arrêter le vent du désert s’épuisera et s’écroulera. C’est le sort que la Rébellion tchadienne réserve au régime Deby. Infailliblement.

Commenter cet article