Qui a "vraiment" tué John Kennedy ?

Publié le par WALDAR

news.fr.msn; 45 ans après la mort de John F. Kennedy, les circonstances troubles de son assassinat continuent de faire débat. Selon un sondage, à peine 20% des Américains croient en la version officielle, selon laquelle l'unique coupable a pour nom Lee Harvey Oswald. Depuis le début, de nombreuses théories circulent sur la mort de l’ancien président américain. Sérieux ou complètement fantasques, revue des scénarios les plus répandus sur l’affaire JFK.

La mafia

C’est la rumeur la plus répandue. La mafia, aux liens plus ou moins avérés avec le père des Kennedy, aurait eu un double objectif : faire payer à John la perte des casinos de Cuba et surtout mettre hors d'état de nuire Robert Kennedy. Le frère du président, également ministre de la Justice, avait fait de la lutte anti-mafia sa priorité numéro 1 (il sera d'ailleurs assassiné lui aussi en 1968). Au crédit de cette thèse : les propos de plusieurs mafieux qui auraient publiquement fait part de leur intention de tuer le président quelques mois avant sa mort. – Photo : Robert Kennedy en 1965.

Lyndon B. Johnson et les pétroliers


Le vice-président et successeur de Kennedy est régulièrement cité comme l’instigateur d’un complot contre JFK. Au crédit de cette thèse : l’accession à la Maison Blanche de Lyndon B. Johnson lui aurait permis d’enterrer définitivement les affaires de corruption dans lesquelles il trempait, notamment dans le milieu pétrolier (Texan, LBJ entretenait des relations étroites avec les grandes familles de l’or noir). Les tenants de cette hypothèse indiquent que, sitôt au pouvoir, Johnson a fait avorter un projet de taxation sur les revenus du pétrole (une mesure qui avait pourtant reçu le soutien du clan Kennedy). Enfin, le fait que JFK soit assassiné à Dallas, une ville où LBJ jouissait d’un large réseau, a largement contribué à accréditer le scénario d’un complot politique. – Photo : la prestation de serment de Lyndon Johnson quelques heures après le meurtre.

Les anticastristes

C’est un scénario qui a fait couler beaucoup d’encre… En 1961, JFK supervise une opération militaire destinée à renverser Fidel Castro. Les troupes sont composées de 1.400 anticastristes entrainés par l’armée et qui débarquent le 17 avril dans la baie des Cochons. Mais l’opération est un fiasco. Craignant un conflit ouvert avec l’URSS, JFK ne cautionne pas l’opération et refuse d'apporter un soutien aérien. Résultat : la plupart des mercenaires sont faits prisonniers et une centaine sont tués. Cet échec cuisant a considérablement terni l’aura des Kennedy auprès des Cubains exilés et nourri la thèse d’une vengeance des milieux anticastristes - en photo, des otages anticastristes.

Fidel Castro

Cette fois-ci, les faits sont les mêmes mais le point de vue est différent. L’assassinat de JFK aurait été orchestré par Fidel Castro en personne ! Harcelé par les Etats-Unis, le "lider maximo" n’aurait pas apprécié la tentative de coup d’Etat de la baie des Cochons. Envisagée peu après l’assassinat, l’hypothèse du complot castriste est aujourd’hui considérée comme peu vraisemblable…

La CIA

Le fiasco de la baie des Cochons aurait également eu des conséquences sur les relations entre JFK et la CIA. La thèse d’un assassinat couvert par l’agence de renseignement est régulièrement montrée du doigt par les tenants de la théorie conspirationniste. N’ayant pas digéré l’échec du débarquement à Cuba, la CIA aurait également craint une réduction de ses pouvoirs. La démission forcée d’Allen Dulles, patron historique de l’agence, sous la pression de la Maison Blanche, a largement contribué à alimenter cette rumeur.

L’Union soviétique

La crise du Mur de Berlin et la baie des Cochons en 1961, la crise des missiles de Cuba en 1962, la guerre contre le Vietnam… A chaque fois, l’ennemi des Américains est le même : le communisme. Ces épisodes de tension extrême entre les Etats-Unis et l’URSS nourrissent régulièrement la thèse d’un complot ourdi par Moscou – Photo : Nikita Khrouchtchev, dirigeant de l’URSS à l’époque de JFK.

Le complexe militaro-industriel

Kennedy voulait-il mettre un terme à la présence américaine au Vietnam ? Si les historiens ne sont pas tous d’accord là-dessus, c’est en tout cas ce que laissent supposer les décisions prises par le président peu avant sa mort. Désirant inaugurer la détente avec Moscou, JFK a ainsi ordonné le retrait de 1.000 soldats avant la fin de l’année 1963 et un retrait définitif des troupes américaines avant 1966. De nombreux sceptiques attribuent donc au complexe militaro-industriel (le Pentagone et la droite dure) l’assassinat de Kennedy. Craignant de perdre la guerre au Vietnam et de voir leurs crédits à la baisse, les militaires (soutenus par les faucons de Washington) auraient organisé la mort du président – Photo : le bâtiment du Pentagone.

Le complot total

C’est la thèse qui suscite le plus d’adhésion parmi ceux qui refusent de croire à la version officielle. La mort de JFK serait le fruit d’une conspiration impliquant plusieurs acteurs aux intérêts communs : pétroliers, mafia, militaires, CIA... et même le FBI ! Il était de notoriété publique qu’Edgar Hoover, le puissant patron du bureau fédéral, était un farouche adversaire du président. Les deux hommes entretenaient d’ailleurs une haine réciproque : JFK ne supportait pas les coups tordus du Bureau et Hoover n’a pas hésité pas à faire poser des micros sous le lit du président pour épier ses frasques extra-conjugales ! Sur un siège éjectable, Hoover est finalement devenu patron du bureau fédéral à vie grâce à un ami : Lyndon B. Johnson !

Les Illuminati

Le scénario a fait long feu mais certains tenants de la théorie conspirationniste continuent à y croire… Kennedy aurait ainsi été assassiné par les Illuminati, une société secrète proche des francs-maçons et composée d’hommes d’affaires et d’intellectuels (les Rothschild, les Windsor et les Rockefeller en auraient fait partie !) Trop indépendant et soucieux de prendre ses distances avec les "sectes", JFK se serait volontairement passé de leur soutien pour remporter l’élection présidentielle. Un affront qu’il aurait payé de sa vie... – Photo : les deux gouverneurs républicains Winthrop et Neslon Rockefeller, soupçonnés de faire partie des Illuminati, à la fin des années 60.

Les Nazis

C’est la théorie la plus farfelue : les Nazis seraient à l’origine du meurtre de JFK ! Ainsi, Josef Mengele (un médecin allemand tristement célèbre pour ses expériences au camp de concentration d'Auschwitz) se serait trouvé à Dallas le jour de l’assassinat afin de superviser l’opération. Il existerait même un témoignage établissant la présence de l’ancien nazi dans le bâtiment où l'un des coups de feu a été tiré ! - Photo : le Nazi Josef Mengele.

Commenter cet article