Les Toubous réaffirment leur attachement à l'unité de la Libye

Publié le par WALDAR

Les masses populaires de la tribu libyenne des Toubous de la ville de Koufra (extrême sud-est de Libye) ont souligné au cours d'un grand rassemblement populaire, leur attachement à la cohésion nationale et au tissu social uni du pays.

Dans un communiqué lu au cours de ce meeting, les membres de la tribu des Toubous ont affirmé qu'ils résisteront face aux "courants étrangers haineux qui oeuvrent à créer des luttes fratricides pour porter atteinte à la sécurité et à la stabilité sociale du pays".

Les masses populaires des Toubous ont affirmé leur démarcation par rapport à tout ce qui a été écrit, publié et diffusé au nom des Toubous à travers les médias qui ne cherchent pas plus la vérité que le sensationnel, afin de tromper l'opinion publique locale, régionale et internationale.

Elles ont également affirmé qu'elles se trouvent en Libye sur leur terre et jouissent de la liberté et de leur volonté libre de décider de leur destin, réitérant leur fidélité au guide Mouammar Kadhafi et leur allégeance envers les principes et orientations de la révolution libyenne du 1er septembre 1969.

Les masses populaires ont également au cours de ce meeting auquel tous les correspondants des médias locaux et étrangers établis en Libye ont pris part, rendu public un document dans lequel elles ont souligné leur démarcation totale du nommé Issa Abdelmajid Mansour, de sa déviation ainsi que de ses agissements irresponsables, tout comme elles ont dénoncé son prétendu "Front" avec lequel elles n'ont aucun lien ni de près ni de loin.

La presse a récemment rapporté des propos d'Issa Abdelmajid Mansour qui se réclame du "Front de libération des Toubous", affirmant qu'ils étaient opprimés et marginalisés dans la ville de Koufra, suite à des événements ayant opposé le 4 novembre dans cette oasis libyenne, des membres de cette tribu à ceux des Zoueiya.

Dans le document lu lors de ce meeting, les masses populaires des Toubous de Koufra ont souligné qu'elles n'ont de tribune pour déterminer leur destin et prendre leur décision que les congrès populaires de base libyens (la plus haute autorité du pays) conformément au système de la démocratie populaire directe à travers des congrès populaires, des comités populaires, unions, syndicats et ligues professionnelles.

Dans une déclaration faite à la PANA mardi à Koufra à l'issue de ce rassemblement populaire, Jumaa Ahmed, un notable Toubou résidant dans la ville a indiqué qu'une bagarre a éclaté le 4 novembre dans la ville de Koufra entre jeunes des tribus Toubous et Zoueiya ayant dégénéré en affrontements qui ont fait quatre morts et plusieurs blessés de part et d'autre.

Il a affirmé qu'il s'agissait d'un incident ordinaire qui peut advenir partout mais que des parties extérieures ont tenté de le gonfler et nié tout affrontement entre les Toubous et les forces de l'ordre qui représentent la force publique qui agit pour faire régner l'ordre et la sécurité au profit des citoyens.

A Koufra ce jeudi, un correspondant de la PANA s'est rendu compte de la quiétude qui règne dans cette oasis où les citoyens vaquent normalement à leurs préoccupations sous un soleil de plombe adouci par un vent frais du désert qui secoue les branches des palmiers qui agrémentent la cité.

A l'école de base "Ere des masses" de Koufra, les élèves des tribus Toubous, Zoueiya et d'autres de la région suivent côte à côte les cours en bonne entente d'après les témoignages de certains élèves et de responsables de l'administration de l'établissement scolaire recueillis par la PANA.

La ville de Koufra compte plus de 43.000 habitants composés des tribus Awajla, Majabra, Chourfa, Al-Khima, Zoueiya et de Toubous qui sont au nombre de 3.000 environ, selon des responsables locaux.

La tribu Toubou qui est présente dans les régions libyennes de Koufra, Tazerbou, Oum Laraneb, Sebha, Oubary et Morzouk se trouve également en plus de la Libye, au Tchad et au Niger.

Panapress

Commenter cet article