Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

18ème anniversaire du MPS: quel anniversaire ? même le dernier des Tchadiens normaux sait qu’il amorce sa 18e année de misère, d’insécurité, de panique, de mort

Publié le par WALDAR

Rdpl: Deby et sa sardonique compagnie ne comptent plus que des heures pour commémorer 1er décembre : journée de l’avènement de la « démocratie et de liberté ». Je me demande sous quel signe place-t-il son 18e anniversaire ? Qu’aura-t-il à dire, cette année, à toutes ces personnes affligées par sa machine sépulcrale ? Qu’attend-il de ces veuves, orphelins et autres qui nuit et jour implorent Allah le miséricordieux de le faire partir pour apaiser leurs cœurs ?

18e année de Démocratie ! Est-ce bien cela ce qu’attend le démon à proclamer au peuple tchadien ? Non, même si le ridicule ne tue pas IDI, qu’il interroge du moins sa petite conscience avant de prononcer cette insulte. En effet, même le dernier des Tchadiens normaux sait qu’il amorce sa 18e année de misère, d’insécurité, de panique, de mort, …, d’instabilité. Oui, c’est bien cela si ce serpent doit continuer à gérer ce pays.

Et alors, que faut-il faire pour arrêter cette hémorragie ? Doit-on continuer à garder ce silence complice ? La peur de mourir nous conduira-t-elle encore à ovationner ce diable d’année en année ? Je crois que nous devons impérativement faire quelque chose. Je me fais le devoir d’emprunter la phrase du président élu des Etats-Unis d’Amérique, Barack Obama : « Yes, we can ! » pour dire que nous pouvons. Il suffit de décider- par amour pour ce pays qui nous est tous très cher- de dire NON à Deby. Un non sincère, consciencieux, accompagné d’acte concret. Deby n’est pas un extraterrestre moins encore un immortel. Par tous les moyens, il partir, mort ou vivant.

En effet, nous avons beau avoir peur de mourir mais nous mourons quand même. Nous avons toujours eu peur de souffrir mais nous continuons à souffrir. Avec Deby, les exemples ne manquent jamais pour comprendre que nous n’avons plus rien à espérer. Si jusque-là, nous occupons le dernier rang malgré toutes ces richesses dont le bon Dieu nous a fait grâce, c’est bien à cause de ce délinquant. Il suffit de faire un tour dans les pays voisins pour se rendre à l’évidence que nous sommes des derniers en tout. On dirait qu’il se bande les yeux pour traverser tous ces pays qu’il a visités depuis qu’il s’est approprié le Tchad.

Mon avis est que, ce jour, 1er décembre 2008, tout le peuple tchadien montre son désaccord, simplement en restant chez lui. Prier plutôt pour ses frères et sœurs que Deby a tués. Demander à Dieu de libérer ce peuple comme il l’avait fait avec le peuple israélien en captivité en Egypte. Quoique cela ne dérangerait peut-être pas le dictateur, il faut le faire pour que le ne nous prenne pas pour des imbéciles, des inconscients ou encore des insensés.

Seul le porteur de la plaie connaît sa vraie douleur, dit-on. Aussi longtemps que nous compterons sur l’extérieur pour trouver la solution à nos problèmes, ce mal élira domicile dans ce pays pour toujours. Quel avenir aura-t-on réservé aux générations futures ? Que deviendra ce beau Tchad ?

MBANG-ODJIM Stéphane
E-mail : mbangodjifal@yahoo.fr ou nickostephy3@rocketmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article